The Mesmerizing Ghost Doctor – Chapitre 8

« Beau-frère, où allons-nous ? » Après être sortie par les portes de la ville, elle se mit à évaluer les gens qui les entouraient.

À ce moment, Ling Mo Han s’arrêta, jeta un coup d’oeil au petit mendiant et lui dit d’une voix profonde : « Tu es sorti de la ville alors ne me suis plus. »

Feng Jiu fut surprise un moment et elle continua rapidement avec un sourire doux : « Oh beau-frère ! Que dis-tu ? » Le vieil homme avait été conscient qu’elle voulait sortir ! Elle aurait dû s’y attendre maintenant qu’elle y réfléchissait, car l’homme ne semblait pas être quelqu’un d’idiot et ses petits tours avaient dû être assez évidents pour lui. Mais ce qui la surprit, c’est qu’il l’avait quand même aidée, même après avoir été conscient de ses ruses.

En le voyant partir rapidement à grands pas, Feng Jiu s’empressa de le rattraper. « Beau-f- » Avant qu’elle puisse finir, elle fut interrompue.

« Je ne suis pas ton beau-frère, arrête de t’adresser à moi de cette façon. » Sa voix était celle d’un baryton profond, froid et dur, la personnification même de la masculinité.

« T’ai-je vraiment pris pour quelqu’un d’autre ? Ma sœur m’a dit que mon beau-frère a une barbe très touffue qui est facilement reconnaissable. » Elle courut à ses côtés et commença à le scruter attentivement de la tête aux pieds. Tout à coup, elle sourit et dit : « Héhé, peut-être, juste peut-être je vous ai pris pour la mauvaise personne. Vous voyez, mon beau-frère devrait être un peu plus jeune que vous. »

Ling Mo Han continua sa route, ignorant complètement le petit mendiant à ses côtés. De la façon dont il le voyait, il s’agissait d’un petit mendiant avec quelques astuces mais qui ne pratiquait pas la moindre cultivation, ne méritait pas son attention et, par conséquent, il accéléra ses pas bien plus rapide qu’il ne l’avait été dans la ville.

En voyant sa soudaine accélération, Feng Jiu fut intriguée alors qu’elle pensait en elle-même : [en regardant ses pas, il semblait marcher légèrement sur le sol, mais en même temps, on aurait dit qu’il lévitait au dessus sans le toucher. Il se déplaçait très rapidement, mais c’était tout à fait différent de son propre « Pas Intraçable sur Nuage de Neige ».]

« Vieil homme ! Vieil homme ! Attends-moi ! » Ce n’était pas qu’elle voulait vraiment s’accrocher à lui, mais il n’y avait qu’une seule route après être sortie par les portes de la ville. De plus, elle ne pouvait vraiment pas se permettre de lambiner en suivant cet homme alors qu’elle devait aller chercher des herbes pour contrer le poison dans son corps !

Se souvenir de ce fait lui rappela le fait que Su Ruo Yun n’était pas seulement malveillante. Malgré le fait que la propriétaire d’origine de son corps ait traité Su Ruo Yun d’une manière exceptionnelle, Su Ruo Yun ne l’avait pas seulement dépouillée de son identité, mais elle l’avait même vendue à un bordel pour qu’elle soit torturée et humiliée à mort. Tss tss, cette femme était vraiment plus venimeuse qu’un scorpion.

Mais, selon les souvenirs originaux de Feng Qing Ge, cette Su Ruo Yun semblait avoir été exactement comme elle, venant du XXIème siècle elle aussi ? Et elle devait aussi bien connaître la médecine sinon elle n’aurait pas pu créer un masque qui lui ressemble à ce point.

Plus elle y pensait, plus elle était excitée. Quelque chose qu’elle avait d’abord cru être ennuyeux à l’infini, lui semblait de plus en plus intéressant !

Quand Ling Mo Han, qui se trouvait à une distance plus loin devant elle, entendit ses cris répétés pour l’appeler, un coin de sa bouche commença à tressaillir. Il lissa inconsciemment la barbe sur son propre visage et il augmenta son rythme d’un cran, croyant se débarrasser de la personne derrière lui. Cependant, après environ quatre heures quand il s’arrêta et tourna la tête derrière pour jeter un coup d’oeil, il vit la silhouette mince qui était encore derrière lui environ dix pas en retrait et il eut un coup au cœur.

Pour quelqu’un qui n’avait pas fait une once de cultivation, comment avait-il réussi à le suivre ?

Feng Jiu haletait lourdement alors qu’elle courut vers lui, son dos courbé avec ses mains reposant sur ses genoux, sifflant : « Pfiou ! C’était si fatigant que je suis prêt à laisser tomber. Vieil homme ! Pourquoi marches-tu si vite? »

Les sourcils de Ling Mo Han se rapprochèrent de plus en plus, alors qu’il évaluait le petit mendiant crasseux pendant un long moment avant de dire d’une voix profonde : « Ne me suis plus. L’endroit où je me dirige se nomme la Forêt aux Neufs Pièges. Cet endroit est rempli de dangers sans fin et tu seras tué si tu viens avec moi. »

« Tu as tort vieil homme. Je ne te suivais pas, à l’origine, j’avais l’intention d’aller dans la Forêt aux neuf pièges de toute façon. Mais puisque vous y allez aussi, ne vaudrait-il pas mieux y aller ensemble ? »

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *