The Second Coming of Gluttony – Chapitre 14

Seol acquiesça longuement en voyant la liste bien organisée. Il n’avait aucune idée de qui avait élevé cet étudiant inconnu, mais ce dernier avait fait un travail admirable de recensement.

Il était sans doute un premier de la classe…

Il avait maintenant une marge de manœuvre appréciable, et au lieu de se hâter comme les autres, il traversa calmement le couloir. Il passa devant trois personnes fouillant la salle de classe 3-2, avant de découvrir Shin Sang-An sauter sur place de joie en criant « Ouaiiiiis ! » à l’intérieur de la salle 3-3. Cette dernière se figea instantanément lorsqu’elle le vit l’observer à travers la vitre du couloir.

Seol récupéra trois pièces sur le rebord de la fenêtre de la salle 3-4 avant de se rendre dans la salle 3-5 où il rencontra quelqu’un qu’il ne s’attendait pas à voir si tôt.

Il s’agissait de Yun Seora. Elle était en train de fouiller le moindre recoin de la salle. Elle s’intéressa à peine à qui venait de pénétrer dans la salle avant de reprendre ses recherches. Elle ouvrait et fouillait les tiroirs d’absolument toutes les tables, ce qui surprit beaucoup Seol.

Mais qu’est-ce qu’elle fait ? Elle n’a pas une carte ?

En fait, lui et Yun Seora avaient tous les deux une carte, mais le niveau d’information contenu était différent. Par exemple, les indications données par le journal d’un étudiant inconnu étaient aussi précises que possible, lui disant « classe 3-5, deuxième table du troisième rang, x1 » ou « sixième table du cinquième rang, x4 ». Les indications sur la carte de Yun Seora étaient plus vagues, comme par exemple « classe 3-4, dans un tiroir ».

Si sa carte ne lui indiquait pas quelque chose d’unique dans une classe comme le bureau du professeur, elle devait se remonter les manches et minutieusement tout fouiller, car les pièces étaient cachées dans un seul des casiers ou tiroirs.

Yun Seora trouva enfin une pièce et releva la tête d’un air satisfait. Elle le déposa dans son sac avant de se retourner.

« ? »

Elle vit Seol trouver de façon décontractée quatre pièces dans un tiroir d’une table proche de la porte. Elle cligna plusieurs fois des yeux, l’air abasourdi.

Ok, très bien. Voyons voir la suite…

Il se rendit dans la salle 3-6. Le temps que Yun Seora se remette de ses émotions et le rattrape, Seol avait déjà nettoyé la salle de toutes les pièces de monnaie.

Trop facile. C’est trop facile.

Seol sortit de la salle en sifflotant. Il s’était montré plutôt inquiet avant le début de la mission, mais une voie s’était présentée à lui et il se sentait très heureux et motivé maintenant.

Il dévalisa la salle de classe 3-7 de la même façon. Quand il s’apprêtait à la quitter cependant, Yun Seora se tenait devant la porte.

Ses yeux passèrent alternativement du casier laissé grand ouvert et sa carte, avant de regarder Seol. Même si son visage restait relativement impassible, elle ne cessa jamais de cligner des yeux. Seol se sentit inexplicablement un peu effrayé.

« … »

« … »

Sans trop savoir pourquoi, il avait l’impression d’avoir fait quelque chose qu’il n’aurait pas dû faire, et d’être donc devenu un criminel.

… Peut-être que je devrais lui laisser la 3-8…

Il passa prudemment devant Yun Seora avant de se diriger vers la salle 3-9 à vive allure, son sentiment de culpabilité l’ayant piqué à vif. Cependant, lorsqu’il passa sans s’arrêter devant la 3-8, il ne put comprendre pourquoi Yun Seora décida de le suivre plutôt que de fouiller la classe.

Les émotions de Seol se muèrent progressivement en gêne, et il se mit à courir. Sans surprise, des bruits de pas rapprochés se mirent à le suivre de près. Maintenant complètement troublé, Seol se hâta de rentrer dans la salle de classe 3-9.

[Salle de classe 3-9, sur le bureau du professeur, x3]
[Salle de classe 3-9, au-dessus de l’armoire contenant la télévision, x1]

Pendant que Seol ramassait les pièces du bureau, Yun Seora fonça comme un soldat d’infanterie chargeant un ennemi sur l’armoire contenant la télévision. Le temps que Seol porte son attention sur elle, elle tendait déjà le bras pour…

« … Ah. »

Malheureusement pour elle, elle était trop petite pour atteindre les pièces.

L’armoire était énorme, d’une hauteur supérieure à deux mètres, touchant presque le plafond. Il était évident que Yun Seora, dont la taille ne devait pas dépasser le mètre soixante, n’allait jamais pouvoir récupérer les pièces se trouvant au-dessus.

… Même lorsqu’elle essaya de se tenir sur une jambe.

… Même lorsqu’elle se mit sur la pointe des pieds, ses talons quittant le sol.

… Même lorsqu’elle sauta sur ses vieilles chaussures.

… Sa main ne fit que s’agitait dans l’air, si proche et à la fois si loin.

Elle aurait pu utiliser une chaise ou une table pour l’atteindre, et pourtant…

Seol trouva la scène particulièrement drôle et adorable, et ne put contenir un rire.

« Fu… Ahahahah »

Elle se figea sur place. Seol se dépêcha de couvrir sa bouche, mais il était trop tard. La tête de Yun Seora pivota de façon robotique pour le regarder, l’expression hagarde. Une nouvelle fois, Seol se sentit incroyablement désolé. Il n’avait aucune excuse. Même s’il savait qu’il avait une personnalité parfois un peu trop directe, il réalisait quand même qu’il venait de faire une erreur.

Il le savait vraiment, mais…

Il puisa dans les fins-fonds de sa volonté pour restreindre le fou-rire qui essayait de sortir de sa bouche. Devait-il abandonner ? Les réactions de Yun Seora étaient comiquement différentes de son expression habituellement indifférente. Il ne pouvait s’empêcher de les trouver hilarantes.

Un vieil adage expliquait que « plus on essayait de le retenir, plus le fou-rire devenait difficile à bloquer ».

Qu’est-ce que je fais ?

Seol avait l’impression qu’il allait exploser s’il essayait de dire quelque chose maintenant. Il respira profondément en essayant de s’empêcher de rire, tout en se dirigeant vers l’armoire. Il récupéra la pièce de monnaie avant de l’observer du coin de l’œil.

Et maintenant ? Pourquoi elle semble aussi rancunière ?

Seol lui tendit prudemment la pièce. Elle observa un moment la pièce posée sur sa paume avant de le regarder sans rien dire. Elle semblait vouloir dire « tu m’as pris en pitié ou quoi ? »

« … »

« … »

Un silence gêné s’installa. Seol eut l’impression de perdre la tête. Qu’elle prenne la pièce ou non, il fallait qu’elle se décide maintenant et qu’elle quitte la classe pour qu’il puisse enfin libérer son rire qu’il avait tant de mal à retenir. Son fou-rire était en train de le tuer de l’intérieur.

« P-prends-la… » dit-il finalement, agonisant. Malheureusement… « … Pr, pr… pra, prahahahahahaha !! »

Le fou-rire explosa enfin. Meeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeerde !

« Non, attends ! Enfin, je veux dire ! Prends, pra, prahahaha ! »

Le teint de Yun Seora pâlit visiblement. Maintenant qu’il avait finalement libéré le fou-rire incontrôlable, il devait faire face aux conséquences.

Yun Seora lui sembla plutôt perplexe. Même si elle regardait le sol, elle avait gardé son expression impassible.

Peut-être qu’elle s’en fiche ?

Au moment même où Seol se sentait quelque peu rassuré…

Snif.

… Il l’entendit légèrement renifler. Ses yeux s’emplissaient de larmes. Elle avait été visiblement blessée dans son orgueil. Sa respiration s’accéléra et ses muscles faciaux commençaient à tiquer. Seol put voir qu’elle se mordait légèrement les lèvres.

Elle se sécha les yeux avec ses manches avant de tourner les talons pour partir.

« Eum… »

La pièce de monnaie toujours dans sa paume, Seol la regarda quitter la salle.

 

 

 

 

Au quatrième étage, juste après le début de la chasse au trésor.

Kang Seok dirigea ses deux acolytes dans la salle de bain avant de fermer la porte à clef derrière eux.

« Qu’est-ce qu’il y a ? … C’est urgent ? Il faut qu’on trouve rapidement ces pièces de monnaie, tu sais ? » demanda Yi Hyungsik.

« De quoi tu parles ? On peut les chercher plus tard, ou les prendre à ceux qui en ont déjà trouvé, » répondit Kang Seok avec un sourire en coin.

« Tu veux les voler ? »

« Bien évidemment. »

À la déclaration de Kang Seok, Yi Hyungsik se frotta le nez. Il avait toujours mal du coup de poing reçu plus tôt, et ne put réprimer un grognement de douleur. Jeong Minwoo ne semblait pas plus enthousiaste.

« Ce bâtard nous laissera pas faire… »

« C’est vrai. Je pense que c’est mieux si on en cherche de façon normale. »

« Mais putain, vous vous faites taper une fois et maintenant vous tremblez comme des feuilles ? » s’agaça Kang Seok, déçu par les réponses pathétiques de ses sous-fifres. « Pourquoi vous vous émasculez pas tout de suite, hein ? »

« …. »

« Hein ? C’est quoi votre problème à vous deux ? Vous allez vraiment baisser votre tête devant ce connard ? Vraiment ? »

« M-mais… ! »

« Moi je peux pas. Faut que je lui fasse payer, avec les intérêts. Dix fois, non, cent fois ce qu’il m’a fait subir. C’est comme ça que fonctionne la nature humaine, non ? »

« Tu… tu as un plan ? » demanda Jeong Minwoo, toujours pas entièrement convaincu. Kang Seok se lécha les lèvres de façon menaçante, vérifia que la porte était bien fermée à clef avant de demander à ses sous-fifres de se rapprocher.

« Venez là. »

Yi Hyungsik et Jeong Minwoo obéirent et lui écoutèrent attentivement.

« On va sortir de là, et chercher les pièces. On va faire de notre mieux, jusqu’à minuit. Ok ? »

« Hein ? »

« Laisse-moi finir, c’est à ce moment-là que les choses deviennent intéressantes, » expliqua Kang Seok avant de parler à voix basse pour détailler son plan aux deux autres hommes.

« Qu’est-ce que t’as dit ? » s’écria Yi Hyunsik, la bouche grande ouverte.

« Mais… Si cela se produit… »

« Tais-toi, » aboya Kang Seok. Yi Hyungsik ferma instantanément sa bouche.

« Est-ce qu’on a vraiment une raison pour en faire autant ? »

« Mais bien sûr qu’il y a une putain de raison. Ce trouduc’ nous a cogné en premier. C’est normal de cogner plus fort en retour. »

« Mais… est-ce que ça va marcher ? »

« Bien sûr. Regarde, regarde ! » Jeong Minwoo inclina la tête ; Kang Seok eut un sourire satisfait avant de sortir deux morceaux de papier de sa poche et de les agiter devant les deux autres.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Il n’est pas le seul à avoir reçu des bonus de départ, si tu vois ce que je veux dire. Si on réussit, on contrôlera cet endroit en un rien de temps, » déclara triomphalement Kang Seok avant de hausser les sourcils. « Alors ? »

Jeong Minwoo, les bras croisés, haussa des épaules. Yi Hyunsik, voyant cela, soupira.

« Bien. Ne vous en faites pas, les gars. On a besoin de quoi, cinq minutes ? Dix minutes max ? Vous comprenez maintenant, non ?

Les deux sous-fifres acquiescèrent. Kang Seok serra les dents.

« Tout ce qu’on a à faire, c’est de battre cet enfoiré. Quand on l’aura réduit en poussière, on aura gagné. »

 

 

 

 

[Temps restant avant minuit : 00:36:12]

La chasse au trésor touchait à sa fin. Même si le nombre total de pièces de monnaie cachées était de 3000, cela ne voulait pas dire qu’elles pouvaient toutes être trouvées en même temps. Lorsqu’une zone avait été vidée de ses pièces, celles-ci réapparaissaient après un certain temps ; c’était ce que Seol avait appris après avoir reçu plusieurs mises à jour de son journal de l’étudiant inconnu.

Grâce au journal, Seol parcourut inlassablement le troisième et quatrième étage plusieurs fois avant de pouvoir enfin se poser et s’étirer.

Il se sentait comblé. Il était parvenu à trouver près de 1600 pièces, ou plus précisément 1552. Étant donné que douze survivants participaient à cette chausse au trésor, il monopolisait à lui tout seul plus de la moitié des pièces de monnaie récupérables.

Je devrais probablement y aller maintenant.

Il tapota son sac avant de se rendre à l’étage supérieure. S’il le souhaitait, il pouvait continuer à rassembler des pièces, mais il gardait en tête le temps nécessaire à l’utilisation de la loterie d’objets.

Comme il était hors de question de coopérer avec les autres survivants, personne ne savait vraiment ce qu’il allait se passer plus tard. Plutôt que d’attendre inutilement minuit dans l’angoisse, il savait qu’il était préférable de se préparer autant que possible.

Les autres étaient probablement encore trop occupés à chercher des pièces, car il n’y avait personne d’autre que lui dans la bibliothèque du quatrième étage. La soi-disant loterie d’objet ressemblait à un gashapon que l’on trouvait fréquemment en entrée de supermarché, avec la différence que celui-ci était plus grand.

[Liste des objets obtenables]

  • De 1 à 9 pièces : nourriture, articles de première nécessité, une note du Guide, matériel médical…
  • De 10 à 49 pièces : fournitures de secours, souvenirs, plusieurs types de cartes, une lettre de la servante…
  • De 50 à 99 pièces : Armes, objets défensifs, Points de Survie, un tout nouveau smartphone dernier-cri…
  • 100 pièces : balles de sort, tirelire aléatoire (contient de 1 à 499 pièces de monnaie)
  • 199 pièces : clef d’accès au cinquième étage (100% de chance)
  • 300 pièces : SPÉCIAL

 

Seol prit le temps de réfléchir. Il avait besoin de 100 pièces pour le portail, donc il devait déduire ce montant. Il ne savait pas non plus ce qui pouvait se passer à l’avenir, donc il souhaitait garder également suffisamment de pièces pour acheter la clef d’accès au cinquième étage.

Cela lui laissait 1253 pièces pour jouer. Devait-il prendre le SPÉCIAL quatre fois, ou ne l’essayer qu’une seule fois et récupérer plutôt quelques balles de sorts ? Il devait se décider rapidement.

Tout d’abord, il trouvait Kang Seok et ses acolytes suspects. Ils s’étaient croisés plusieurs fois pendant la chasse, mais ils ne tentèrent rien, se concentrant visiblement sur la recherche des pièces. Mais ils ne pouvaient pas duper Seol.

J’ai vu leur couleur.

Auparavant, seul Kang Seok émettait la couleur jaunâtre, mais maintenant Yi Hyungsik et Jeong Minwoo étaient teintés de la même couleur. Autrement dit, il devait faire très attention à eux. Comme ils étaient de la même couleur, ils préparaient sans doute quelque chose ensemble, quelque chose de mauvais. Seol décida donc de partir sur la seconde option.

Il avait besoin d’une arme. Une sorte de joker, un dernier recours, qui pourrait à coup sûr l’aider même s’il se trouvait dans la pire situation imaginable.

Seol prit une première pièce, avant de commencer à jurer intérieurement. Pourquoi ? Parce qu’il venait de remarquer que d’insérer les pièces une à une dans la machine était beaucoup de travail, voilà pourquoi.

« Bon sang… »

Une éternité plus tard, Seol ramassa les objets qu’il avait obtenus tout en se massant ses doigts douloureux. Le résultat fut plutôt satisfaisant.

[Tirelire aléatoire : contiens 81 pièces bonus]
[Balle de sort : Toile d’Araignée, x1]
[Tirelire aléatoire : contiens 136 pièces bonus]
[Balle de sort : Brouillard Empoisonné, x1]
[Balle de sort : Embrasement, x1]
[Tirelire aléatoire : contiens 292 pièces bonus]
[Balle de sort : Acide Chlorhydrique, x1]
[SPÉCIAL : Miroir de la Compréhension, x1]

Il était particulièrement satisfait du résultat de deux des tirelires aléatoires. Ce n’était pas un succès massif, mais un succès très satisfaisant.

Il lui restait maintenant 1061 pièces. Même s’il prenait deux fois le SPÉCIAL, il pourrait encore profiter de 162 pièces.

Mais Seol décida de s’arrêter là. Non seulement ce qu’il avait obtenu serait sans doute plus que suffisant, mais il ne lui restait pas beaucoup de temps. Lorsque minuit sonnerait, l’Heure des Défunts débuterait. Il devrait tranquillement retourner au lieu sûr jusqu’au lendemain midi.

Seol descendit dans la cage d’escalier de manière confiante et décontractée. En revanche, il ne s’était pas attendu à trouver la classe 3-1 encore vide. Il s’agissait du lieu sûr, et il restait moins de dix minutes avant minuit. Pourtant, il n’y avait pas âme qui vive à l’intérieur.

Seol resta figé là, se demanda ce qu’il se passait, quand il entendit la porte s’ouvrir derrière lui.

« Hein ? T’es déjà là ? »

Seol se retourna en se disant : Bien sûr, les gens vont arriver incessamment sous peu.

Le premier à entrer fut Hyun Sangmin, mais il ne semblait pas dans son assiette. Peu après, Shin Sang-Ah arriva également dans la salle d’un pas lourd.

« Qu’est-ce qui t’es arrivé ? Moi j’ai failli me faire niquer. »

« Moi-Moi aussi… »

« Sérieusement, c’est quoi ce bordel ? C’est comme si un enfoiré était apparu comme une tornade et avait tout aspiré !! Pourquoi est-ce que c’est si difficile de trouver ne serait-ce qu’une seule pièce ? »

« T’as tellement raison. Tu sais, j’aurais pas dû m’exciter après en avoir trouvé quelques-unes au départ. Là j’en ai à peine 70, » se plaint Shin Sang-Ah en se massant les pieds.

« Je t’envie pas. Au moins j’ai réussi à atteindre le minimum de 100 pièces, » dit d’une voix faible Hyun Sangmin.

Seol réfléchit un long moment avant de donner 30 pièces à Shin Sang-Ah. Dans sa tête, les 162 pièces restantes lui servait de réserve, il n’y avait pas lieu d’hésiter.

« Heu…. » s’étonna Shin Sang-Ah, écarquillant les yeux. « Tu… tu me les donnes ? »

Le regard de Shin Sang-Ah avait dépassé le cap de la gratitude, et c’était comme si elle vénérait son sauveur.

« Qu’est-ce que… quoi ? 30 pièces d’un coup ? »

« Prends-les, je t’en prie. » dit Seol avant de voir l’expression de Hyun Sangmin.  « Quoi, il t’en faut aussi ? »

« Bordel de merde. T’en as trouvé combien ?! » demanda ce dernier. Seol se gratta la joue, un peu embarrassé.

« …Suffisamment pour survivre, j’imagine. »

Le visage de Hyun Sangmin trahissait son étonnement ; il se mit ensuite à rire aux éclats.

« Merde alors, donc c’était toi. »

« ? »

« J’en étais sûr. Ça n’avait pas de sens, à moins que quelqu’un ait déjà ramassé toutes les pièces. Mec, j’ai littéralement dû chercher partout… ! Pfiou ! Donc le coupable n’était pas Yun Seora, hein ? »

« Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il y a avec Yun Seora ? »

« Mm ? Je pensais que tu aurais compris. Je m’étais dit qu’elle savait où étaient toutes les pièces et qu’elle se les gardait toutes pour sa pomme. Je suis certain que je suis pas le seul à m’être imaginé ça. »

Le raisonnement n’était pas mauvais. Hyun Sangmin rajouta que maintenant il se sentait mal de l’avoir intérieurement traité de salope égoïste. Du coup, Seol se sentait encore plus mal, sachant qu’il avait causé du tort à tout le monde, même si ce n’était pas son intention initiale.

[L’Heure des Défunts va maintenant débuter.]

Il était enfin minuit. Comme s’ils s’étaient concertés, les trois personnes se turent après avoir entendu l’annonce. Même maintenant, ils étaient seuls dans le lieu sûr.

« Où sont les autres ? »

« C’est évident, non ? » répondit Hyun Sangmin en sortant une cigarette. « Même moi je me suis demandé si je devais revenir ou pas. J’ai trouvé cent pièces, donc je suis retourné dans la salle, mais… les autres n’ont pas forcément la même approche. »

« Tu crois ? »

« Ouais. Ils sont probablement en mode « Juste quelques dernières pièces… encore quelques pièces et puis… ». Rien que le droit d’entrée est super cher, alors imagine ceux qui essayent de ressusciter les morts, ils n’en ont plus rien à faire de prendre des risques. »

Je comprends mieux.

Yun Seora avait dû trouver une quantité considérable de pièces, même si pas autant que Seol. À eux deux, ils possédaient la majorité des pièces, et il ne devait pas en rester beaucoup maintenant. Il était clair comme de l’eau de roche que la compétition allait empirer. Seol ne s’était pas attendu à ce que les choses dégénèrent de la sorte quand il était occupé à récolter les pièces. En fait, il ne s’en était pas soucié du tout.

« Mais bon, s’ils ont peur pour leurs vies, j’imagine qu’ils arriveront tôt ou tard, » murmura Hyun Sangmin en tirant sur sa cigarette.

« Qu’est-ce que… qu’est-ce que tu vas faire ? » demanda Shin Sang-Ah en direction de Seol, observant attentivement sa réaction.

Les émotions de Seol étaient contradictoires. Il s’en fichait du sort de Kang Seok et ses deux acolytes, mais quand il visualisait Yun Seora et Yi Sungjin, il n’était pas très à l’aise.

« Je crois que je devrais essayer de trouver ceux que je peux. »

« Très bien. Laisse-moi t’aider, » opina immédiatement Shin Sang-Ah, montrant à quel point elle était soulagée. Cela intrigua légèrement Seol, et il fut sur le point de consulter sa Fenêtre de Statut lorsque…

« Ah, bon sang, » dit Hyun Sangmin en se relevant lentement de sa chaise. « J’aime pas ça, mais… ouais, je vais aussi te filer un coup de main. Une promesse est une promesse, pas vrai ? » rajouta-t-il d’un grognement avant de pointer la porte d’entrée du menton.

« On y va, leader ? »

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *