The Second Coming of Gluttony – Chapitre 15

Au quatrième étage.

Au bout du couloir donnant accès à de nombreuses salles de classe se trouvait un laboratoire. Aucune lumière ne s’échappait par la porte bien fermée hermétiquement, mais des bruits se faisaient entendre à l’intérieur par intermittence.

Un jeune adolescent était en train de fouiller l’intérieur du labo ; il avait déjà terminé d’inspecter les instruments de chimie et le reste de la verrerie stockée sur les tables et avait sorti tous les livres rangés sur les étagères. Il était visiblement en train de chercher quelque chose de façon désespérée.

Malheureusement, le temps passait, et l’adolescent montrait de plus en plus de signes d’anxiété.

Kiik.

Il y eu un bruit soudain, que l’adolescent, Yi Sungjin, ne put entendre car il était en train de retourner une table. Il étudia intensément tous les équipements de laboratoire cassés en tombant au sol. Il ne prit même pas le temps de manifester sa déception avant de poursuivre ses recherches. Il marmonnait « Des pièces… je dois trouver plus de pièces… »

Il n’avait pas allumé la lumière, se disant qu’il serait plus facile de repérer les pièces de couleur jaune clair si la salle était relativement sombre.

Tak… Tak…

Il y eut de nouveaux bruits étranges, suffisamment étouffés pour ne pas être entendus si l’on ne faisait pas attention, et Yi Sungjin ne faisait vraiment pas attention. Il n’avait qu’une seule idée en tête : ressusciter Yi Seol-Ah, sa sœur. D’après le Guide, s’il ramassait suffisamment de pièces de monnaie, il serait capable de la ramener à la vie.

« Noona… »

La vue du corps sans vie de sa sœur lorsqu’ils étaient enfin parvenus à la sortir du trou de l’auditorium l’avait traumatisé. La moitié inférieure avait été laissée relativement intacte, mais son torse et sa tête avaient été déchirés en mille morceaux ; il n’en restait pas grand-chose. Le souvenir cauchemardesque de la mort injuste de sa sœur lui permit d’oublier les premiers signes de fatigue qu’il commençait à ressentir, et il poursuivit de plus belle.

Aide-toi, et le ciel t’aidera, disait l’adage. Effectivement, Yi Sungjin repéra du coin de l’oeil un objet brillant dans l’un des éviers. Ses yeux s’ouvrirent en grand, et il se précipita en tendant le bras.

Malheureusement, il se fut un peu trop pressé.

« Ah ! »

La pièce qu’il avait eu tant de mal à trouver lui glissa de la main et tomba par terre. Elle roula sous la paillasse. L’adolescent se jeta au sol à toute vitesse pour tendre à nouveau le bras et enfin attraper la pièce avant qu’elle ne disparaisse pour de bon. Ce ne fut qu’à se moment-là qu’il s’autorisa à reprendre son souffle.

À travers les fenêtres du laboratoire, il pouvait voir que la nuit était tombée. Seule la lumière froide du clair de lune illuminait légèrement l’intérieur.

« Pfiou… »

Il ne s’agissait que d’une seule pièce de monnaie, mais il s’agissait néanmoins d’une preuve indéniable que ses efforts n’étaient pas vains.

Il était déjà minuit passé, mais il lui restait encore tant à faire. Il n’avait pas le temps de se soucier de l’Heure des Défunts. Non, il devait trouver plus de pièces. Beaucoup plus. Yi Sungjin serra le poing autour de cette pièce et serra les dents.

Tak… ! Tak … !

Alors qu’il s’apprêtait à se remettre debout, il se figea sur place lorsqu’il entendit enfin le bruit étrange, qui semblait l’appeler d’un air moqueur. Ses membres se crispèrent. Ses mains, en contact avec le sol, ressentirent un froid mortel, et il eut la chair de poule sur tout son corps.

Son esprit carburait à cent à l’heure. L’adolescent de seize ans se releva lentement et redressa prudemment la tête. Quand il décolla enfin les yeux du plancher grisâtre, il oublia de respirer.

De l’autre côté de la paillasse il pouvait voir une paire de petits pieds surmontés de longues jambes. Des jambes qui tremblaient, comme si elles pouvaient vaciller à tout moment.

Yi Sungjin fut sur le point de crier, mais ses yeux s’écarquillèrent avant qu’il n’ait pu émettre le moindre son. Même s’il n’avait vu que la moitié inférieure du corps, il lui semblait plutôt familier. Puis, il reconnut la jupe bleue tâchée de sang séché.

« N-noona… !? »

Les bruits de pas s’arrêtèrent. Les jambes pivotèrent, comme si elles cherchaient quelqu’un.

« Ooooooùùùùù… » dit une voix si atroce que Yi Sungjin la trouva répugnante. Mais cela n’était pas important pour lui. Il se releva et…

« Noona ? C’est toi, Noona ? Je suis là ! N… »

Yi Sungjin ne put terminer sa phrase. La silhouette, qui ressemblait beaucoup à Yi Seol-Ah, lui tournait le dos et se retournait lentement. Elle avait les mêmes longs cheveux soyeux, et…

« Noona… ? »

Il y avait quelque chose qui ne collait pas, mais il ne pouvait pas dire quoi. Cette silhouette ressemblait tellement à sa grande sœur… Et pourtant, il était terrorisé.

« Sssuuunnggg—jjjjiiiinnnnn—aaaahhhhhh…. Hhuuuuu… »

Plop.

Soudain, la peau de son cou trembla et s’étira comme un sac vide. Yi Sungjin comprit enfin la cause de son inconfort : son corps n’avait pas les bonnes proportions, pas de proportions humaines.

« N-Noona… »

Il voulait lui poser une question, lui demander pourquoi son corps était dans cet état. Il voulait désespérément lui demander si elle était vraiment sa sœur. Mais aucun son ne parvenait à sortir de sa bouche.

« Dééépêcheeeee-toiiiii… » sembla dire la chose de sa voix abrasive. « Elle » lui faisait face maintenant, et lorsque Yi Sungjin vit les orbites vides sur son visage, il ne put retenir sa respiration plus longtemps et hurla.

« Aaaaah !!! »

Il avait l’impression de faire face à un assemblage de serpillères usées. Au milieu des « trous » sur sa peau se trouvaient des agglomérats de sang séché et de viande en putréfaction. La chair déchirée semblait s’être durcie après que les morceaux avaient été rafistolés à leurs positions initiales supposées tandis que la peau avait été visiblement cousue pour cacher ce qu’il se trouvait en-dessous. C’était une vision absolument cauchemardesque. Il aurait probablement été plus réussi d’assembler pièce par pièce les morceaux de chair que de réaliser cette abomination.

« Uwaaaaaaaaah !! »

Yi Sungjin recula inconsciemment avant qu’il ne trébuche et ne tombe sur son derrière. Ses pieds s’agitèrent dans l’air comme pour essayer d’augmenter la distance entre lui et la chose.

Quand il vit que les jambes, qui en comparaison du reste semblaient normales, avaient cessé de s’approcher, la mâchoire de la chose, qui semblait prête à se décrocher à tout moment, commença à se mouvoir de bas en haut.

« Ééécouuuuuuttte…. Déééééppppêche-toiiiii… »

Yi Sungjin ne comprenait pas. Il se croyait déjà mort. Pourquoi cette créature avait-elle arrêté d’avancer ? Et puis, qu’est-ce qu’elle essayait de lui dire ?

Une idée complètement folle lui vint en tête. Il utilisa tout le courage qu’il lui restait pour s’adresser une dernière fois à la chose.

« C’est… c’est toi, Noona ? »

« … »

« Noona ? Vraiment ? C’est vraiment toi, Noona ?! »

« Déééééppppêche-toiiiii… Lèèèèvveee-toiiii… »

« Me dépêcher ? Me lever ?? » demanda Yi Sungjin en se relevant lentement.

« Soorrrs d’iciiiiii…. Trouuuuuuuuuuuve…. »

« Sortir ? Trouver quelque chose ? Tu parles des pièces ? T’en fais pas, j’ai pas abandonné !! Je les cherche toujours ! Je vais te ramener à la vie… »

La chose secoua la tête avec difficulté, lui signalant que ce n’est pas de ça dont elle parlait.

« Ils… arrrrrrrrrriiiivent… bientôôôôt… » dit la créature en parvenant à lever un doigt vers la porte. « Ils… arrrrrrrrrrrrriiivent… »

Même s’il était difficile de la comprendre, l’adolescent comprit le plus importe. « Elle » lui disait de sortir avant que quelque chose d’autre ne vienne ici.

« Mais Noona, c’est bien toi, pas vrai ? »

« … »

« Je vais te ramener à la vie !! C’est pour ça que… »

« Sssuuuuuuuunggg——jjiinnnn-aaahhh… »

La voix emplie de larme de Yi Sungjin sembla faire trembler la chose. Un liquide de couleur sang coula lentement des deux orbites vides.

« Doiiiiiiiiiiis… suuuuuurrviiiiiiivre… ooookkk…. »

Ce fut à ce moment-là que…

Uwwaaaahckkkkkkkk !!

Un cri assourdissant provenant de l’extérieur du laboratoire fit trembler le bâtiment.

 

 

 

 

« Maman !? » s’écria Shin Sang-Ah de peur. Seol et Hyun Sangmin se regardèrent l’un l’autre, sans voix.

« … Hé mec, t’as entendu ça ? »

Seol acquiesça.

« Bordel ! Pourquoi ils sont pas revenus après avoir trouvé assez de pièces ?! »

« D’où est-ce que ça venait, ce cri ? »

« J’en sais rien. Peut-être du quatrième… » répondit Hyun Sangmin en retirant sa casquette pour se gratter la tête.

Seol ouvrit prudemment la porte de la salle. Plongé dans l’obscurité, le couloir donnait une impression étrange et malveillante. Il n’avait aucune idée de ce qu’il devait faire, car il était impossible de prévoir les événements. Il décida finalement de se fier à ses Neuf Yeux une fois de plus.

Le couloir du troisième étage se colora de vert dans son entièreté. Seol en conclut que le cri provenait du quatrième étage. Shin Sang-Ah, Hyun Sangmin et lui montèrent les escaliers en hâte. Mais au moment d’arriver au cinquième, ils faillirent percuter un adolescent qui courait vers eux. Il s’agissait de Yi Sungjin, et quand il vit Seol, ses yeux s’ouvrirent en grand.

« Monsieur Yi Sungjin ? Qu’est-ce qu’il se passe ?

« Hyung ! » dit Yi Sungjin en attrapant Seol. « Je l’ai vue !! Juste à l’instant ! J’ai vu Noona ! »

« Ta noona ?! »

Comment était-ce possible ? Yi Seol-Ah était morte. Elle avait été la première à périr dans l’auditorium.  Seol étudia le visage de l’adolescent, mais il ne semblait pas en proie à une crise d’hallucination.

Voyant l’expression sceptique de Seol, Yi Sungjin secoua rapidement la tête.

« Non, non ! Attends, c’est vraiment elle ! Ses cheveux, sa robe, tout… »

Yi Sungjin semblait dans tous ses états, mais Seol prit le temps de réfléchir à la situation. Une idée lui vint en tête.

« C’était vraiment Yi Seol-Ah ? »

« Oui !! Son… apparence était un peu bizarre, mais… mais elle m’a dit de rapidement sortir du labo et… »

Sale enc… Seol parvint tant bien que mal à s’empêcher de jurer. Ces soi-disant « Défunts » sont en fait les personnes mortes lors de la première épreuve, c’est ça ? Si Yi Sungjin n’avait pas menti, cela ne pouvait être que la seule explication.

Soudain, ils reçurent une notification sonore sur leurs téléphones.

[Le verrou de l’entrée du cinquième étage a été ouvert.]
[Le portail s’activera dans 30 minutes.]
[Les barrières métalliques du premier étage ont été ouvertes.]

« Quoi ??! » s’écria Hyun Sangmin après avoir pris connaissance du message. « Mais quel taré a bien pu faire ça ? »

« Qu’est-ce… qu’est-ce qu’il s’est passé ? » demanda Shin Sang-Ah en se tournant vers Seol, qui n’avait évidemment pas la moindre idée. Son instinct lui disait cependant que ce n’était pas terminé, et que d’autres problèmes se présenteraient à eux très vite.

Non. Ça ira.

La situation était devenue quelque peu chaotique, mais Seol parvint à contrôler ses émotions et à se calmer. Cela ne servirait à rien de courir dans tous les sens comme des poulets sans têtes, à part à intensifier le degré de confusion. Et puis, n’avait-il pas déjà fait des préparations pour des situations de ce genre ?

Il décida de laisser ses interrogations pour le moment, car il y avait quelque chose qu’il devait confirmer d’abord. Il savait cependant qu’il y avait une chance que ses suppositions puissent être erronées.

« Yi Sungjin, est-ce que c’était toi qui a crié tout à l’heure ? »

« Hein ? N-non. Pas moi. Je suis venu ici après l’avoir entendu… »

« J’ai… j’ai cru que c’était une voix de femme… » dit Shin Sang-Ah d’un ton anxieux. « Dans tous les cas, c’était pas ce gamin, alors qu’est-ce qu’on fait ? »

« Si on doit faire des recherches, il vaut mieux se séparer. Ou alors, on retourne au lieu sûr, » dit Hyun Sangmin en serrant les dents.

Seol avait retrouvé l’une des deux personnes qu’il avait en tête, donc ce n’était pas une mauvaise idée de retourner dans la salle 3-1.

« Et si on se séparait en deux groupes de deux ? Après tout, ça pourrait devenir dangereux, » proposa Yi Sungjin, prenant l’initiative avant même que Seol ne puisse le suggérer. Seol le regarda d’un air surpris, et Yi Sungjin devint un peu embarrassé. « Oh, Je, heu, je veux aussi vous aider. »

« Il est minuit passé, ça va clairement être dangereux. L’accès au cinquième étage a été débloqué, donc ce n’est vraiment pas une mauvaise idée que de retourner au lieu sûr. »

« Non. C’est juste que, je crois que ma noona voulait que je trouve quelque chose… » expliqua Yi Sungjin d’une voix qui indiquait qu’il n’en était pas complètement convaincu.

Il doit trouver quelque chose ? Seol plissa les yeux et son environnement se teinta en vert. En revanche, un endroit en particulier perdit instantanément sa couleur : les toilettes des filles.

La lumière des toilettes était éteinte, mais Seol remarqua une tâche de sang par terre, juste devant l’entrée. Il ouvrit doucement la porte. Ses sens étaient déjà très familiarisés avec l’odeur qu’il ressentit : celle du sang. En allumant la lumière, le groupe put clairement voir ce qu’il y avait à l’intérieur des toilettes, ou plutôt qui.

« Yun Seora ? »

La personne effondrée au sol était Yun Seora. Son corps recroquevillé tremblait et convulsait de manière incontrôlable. Seol se rapprocha d’elle ; ce qu’il vit ne le rassura pas. Même Hyun Sangmin fut pris par surprise.

« Qu’est-ce que… qu’est-ce qui est arrivé à son bras ? »

Effectivement, le bras droit de Yun Seora semblait être passé à l’intérieur d’une broyeuse : c’était comme si quelqu’un avait planté son couteau dans son bras et l’avait remué dans tous les sens, causant la destruction totale de la chair. Elle saignait énormément, et les os étaient visibles à l’œil nu.

« Mademoiselle Yun Seora ? Mademoiselle Yun Seora !! » l’appela Seol. Elle ne répondit pas et continua à convulser.

« Poussez-vous s’il vous plaît ! » s’exclama Shin Sang-Ah avant de s’agenouiller près d’elle et d’enlever sa chemise. Elle retira également son haut, le déchira et enroula le tissu autour de l’épaule et sous le bras de Yun Seora avant de le serrer. Ses gestes étaient très assurés et expérimentés, comme si elle les avait répétés des centaines de fois. Elle ouvrit les paupières de la jeune femme pour vérifier ses yeux. Elle prit un air renfrogné. « Elle est en choc. Elle va bientôt mourir si on la laisse comme ça. »

« Elle va mourir ?! »

« Oui ! Il faut qu’on fasse quelque chose ! Vite ! » cria Shin Sang-Ah pendant qu’elle ouvrait et refermait continuellement la main de Yun Seora. En comparaison, quand Hyun Sangmin prit la parole, il le fit d’un ton calme.

« La chasse au trésor a commencé il y a un moment, vous connaissez tous les détails du bâtiment. Il n’y a pas d’infirmerie, ni au troisième, ni au quatrième étage. »

« La loterie d’objet, » dit soudainement Seol, permettant aux trois autres de se rappeler que des fournitures médicales étaient effectivement données en récompense de la loterie d’objet. « Qu’est-ce qu’il nous faudrait ? »

À peine la question avait-elle franchit le pas de ses lèvres qu’il savait déjà que ce n’était pas la bonne question. Personne ne pouvait savoir ce que l’on pouvait obtenir à la loterie.

« Je vais y aller, et ramener tout ce qui en sort, » conclut Seol, se levant en mettant son sac sur son épaule.

« Quoi ? Tu veux y aller tout seul ? »

« Quel est le problème ? »

« Faisons différemment. Écoute, cet ado et mademoiselle Shin Sang-Ah vont déplacer Yun Seora jusqu’au lieu sûr. Pendant ce temps-là, tu vas à la loterie, et si on pense qu’on a un bon truc, je le ramène au lieu sûr. En d’autres mots, je fais le transporteur. »

Seol trouvait la suggestion plutôt logique, donc même s’il savait qu’ils étaient à court de temps, il acquiesça pour montrer son appréciation. Et puis, il était plutôt surpris : maintenant que les barrières métalliques du premier étage étaient levées, le monstre Gaegkwi allait clairement montrer bientôt le bout de son nez. Et pourtant, Hyun Sangmin tenait sa promesse.

« Dépêchons-nous ! » le pressa Hyun Sangmin en le poussant par le dos.

Ainsi, Seol et Hyun Sangmin se dirigèrent en toute hâte vers la bibliothèque du cinquième étage, confiant Yun Seora aux deux autres. Heureusement, ils ne rencontrèrent ni Défunt, ni d’autres survivants.

Malheureusement, les fournitures médicales ne voulaient clairement pas sortir. Ils obtinrent beaucoup de nourriture et des produits de première nécessité. Ils reçurent même la « note du Guide ». Au bout d’un moment, la seule preuve de leurs efforts était quelques rouleaux de gaze, un flacon d’antiseptique, quelques pommades et quelques autres choses. Rien qui ne permette vraiment de soigner Yun Seora.

« Écoute, laisse-moi ramener ça déjà. Et toi ? »

« Vas-y, m’attends pas. »

« Ok, mais n’en fait pas trop. Quand j’aurais déposé ces fournitures, je reviendrai aussi vite. Si dans deux minutes je suis pas revenu, ça veut dire qu’il m’est arrivé quelque chose. »

« T’en fais pas, je te sauverai. »

« Haha ! Eh bien, merci de ta considération, mais je suis pas en train de jouer, là. Je suis sérieux. »

Hyun Sangmin semblait effectivement sérieux, et quitta la bibliothèque en un éclair.

Seol se concentra sur la machine. Il avait confiance en sa capacité à tuer Gaekgwi si ce dernier l’attaquait. Mais maintenant il voulait avant tout récupérer d’autres fournitures médicales pour pouvoir aider les autres survivants juste un peu plus… Si Yun Seora mourait, ce serait vraiment la fin.

Alors qu’il continuait à nourrir ce fil de pensée, il continua à ajouter des pièces sans relâche avant de s’arrêter soudainement.

Mais pourquoi je fais ça ?

Elle était une parfaite étrangère. Pourquoi cela lui importait-il tant qu’elle meurt ou non ? Bien sûr, cela serait dommage si elle mourait, mais y avait-il une raison pour qu’il en fasse tant ? En particulier gaspiller les pièces collectées à la sueur de son front ?

Il ne comprenait pas. Il se dit que ce serait bien s’il pouvait activer Vision de l’Avenir maintenant. Il hésita, avant de continuer à faire tourner la loterie d’objet.

Il obtient enfin quelques objets utiles, comme des compresses, des hémostatiques et quelques ampoules de morphine. Malheureusement…

Seol réalisa que quelque chose clochait. Cela faisait déjà bien plus de deux minutes, mais Hyun Sangmin n’était toujours pas revenu.

« … »

Seol commença lentement à stresser. Il avait cru que Hyun Sangmin avait plaisanté un peu plus tôt, et n’avait pas trop fait attention.

Maintenant qu’il avait récupéré ce qu’il voulait, il mit tous les objets dans son sac et quitta la bibliothèque. Quand il descendit les escaliers, il fut confronté à une vision inattendue.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *