The Second Coming of Gluttony – Chapitre 23

Une note du Guide (49/50)

Conseil à se remémorer dans la Zone Neutre.

Souhaitez-vous améliorer rapidement votre niveau physique ?

Pourquoi ne pas utiliser la ‘Compétence’ Spéciale ?

Disponible : dans la boutique VIP

 

Une nouvelle mention de la boutique VIP.

 

‘Compétence’ ?

 

Maintenant qu’il l’avait lue, cette note n’était effectivement rien d’autre qu’une note, un texte écrit sans véritable début ni fin. Seol s’empressa quand même de quitter sa chambre, car il avait été piqué de curiosité. Il voulait voir cette Compétence de ses propres yeux.

 

La boutique VIP était située au septième étage. Il ouvrit la porte et découvrit une petite pièce dans laquelle se trouvait un comptoir gardé par une servante. Ses yeux s’ouvrirent en grand lorsqu’elle l’aperçu.

 

« Hein ? »

« ? »
« Oh, excusez-moi. Je ne pensais pas qu’un survivant franchirait ces portes aussi tôt… Êtes-vous là pour observer nos biens ? »

« Je suis bien à la boutique VIP ? »

« Si vous souhaitez acheter un objet, merci de rentrer par ici, » dit-elle en pointant du doigt une porte à sa droite. Il y avait visiblement une seconde pièce derrière celle-ci. « Malheureusement, il n’est pas possible de faire du lèche-vitrine dans cette boutique. Il faut également un minimum de 30 000 PS pour entrer. Si vous souhaitez connaître les produits disponibles… »

« Avez-vous un objet en vente appelé Compétence ? » l’interrompit Seol, la voyant prendre en main la brochure qu’il possédait déjà.

 

La servante sursauta légèrement avant d’apercevoir le bout de papier que Seol tenait encore en main, une lueur étrange passant dans ses yeux.

 

« Ah~ bien sûr. Les notes du… Bon, très bien. Dans ce cas-là, cela change un peu les choses. Veuillez me donner la note. »

 

Après avoir réceptionné la note du Guide, elle ouvrit l’énorme placard en bois derrière elle. À l’intérieur se trouvaient des rangées et des rangées de potions dans des tubes à essai. La servante en retira une et la plaça sur le comptoir, permettant à Seol d’observer la substance d’un blanc laiteux. Il activa ses Neufs Yeux, mais il ne put voir aucune couleur spécifique.

 

« Vous trouverez également des fioles de Compétences dans les boutiques standards aux étages inférieurs, mais elles sont incomparables à celles de la boutique VIP, que ce soit en termes d’efficacité ou de prix. »

« Quelles sont les différences ? »

« Eh bien… La Compétence la plus chère que vous puissiez trouver dans les autres magasins coûte 250 PS. Ses effets durent douze heures, et le stimulus maximum que vous puissiez recevoir est équivalent à quatre fois l’effort normal. Ce n’est pas trop mal du point de vue du rapport qualité-prix, vous n’êtes pas d’accord ? »

« … »

« Oh, vous vouliez parler de la Compétence de la boutique VIP ? Bien évidemment, les effets et la durée de la potion sont doublés ! Pour la modique somme de 400 SP, la potion durera vingt-quatre heures pour un stimulus multiplicatif de huit ! Ainsi, l’entraînement d’un jour avec la potion est équivalent à s’entraîner huit jours sans ! Effet garanti. »

 

Seol avait le sentiment qu’il était peut-être en train de faire une erreur, le ton de la voix de la servante s’étant lentement transformé, de plus en plus insistant, comme pour lui dire, vous allez l’acheter, pas vrai ? Vous allez l’acheter, après avoir entendu tous ces arguments de vente, pas vrai ?

 

« Mais ça paraît impossible, comment un truc pareil pourrait-il exister… » demanda Seol, incrédule.

 

La servante reprit une expression calme et sereine.

 

« Nous sommes dans la Zone Neutre, » proclama-t-elle.

« Heu oui, et ? »

« C’est le sanctuaire divin créé par les pouvoirs combinés des sept dieux. Tant que vous tentez de compléter les tâches accessibles dans la Zone, la Zone fournira tout ce qu’elle peut pour soutenir vos efforts. »

« … »

« Bien sûr, cette Zone Neutre existe en partie pour vous tester, mais l’objectif premier reste de permettre votre développement afin d’augmenter vos chances de survies à l’extérieur, » expliqua-t-elle, inclinant légèrement la tête et en lui faisant un large sourire. « Enfin… c’est ce que j’aimerais vous dire, mais, eh bien, il est vrai que cette potion est un peu spéciale. Il n’y a que 60 fioles qui sont préparées à chaque ouverture de la Zone Neutre. Tout le monde ne peut pas en acheter : il est nécessaire de ramener les ‘notes’ du Guide pour obtenir ce droit, au cas où un Invité est informé de leur existence avant d’arriver dans la Zone Neutre. »

 

Seol prit le temps de réfléchir. Il pensait voir une solution à ce dilemme. Jusqu’à maintenant, son attention avait été tellement accaparée par la boutique VIP qu’il n’avait jamais correctement réfléchi aux ‘tâches accessibles dans la Zone’.

 

« Comptez-vous en acheter ? » demanda la servante avec assurance, plaçant ses mains sur sa taille. Seol mit fin à son fil de pensées et leva la tête pour la regarder dans les yeux.

 

« Oui. »

 

 

 

Après avoir quitté la boutique VIP, Seol rencontra quelqu’un de familier alors qu’il se dirigeait vers sa chambre. Il s’agissait de Yi Seol-Ah, qui semblait nerveuse et faisait les cent pas devant sa porte.

 

« Mademoiselle Yi Seol-Ah ? »

« Orabeo-nim ! »

Orabeo-nim ? (NDT : le titre le plus honorifique utilisé pour qualifier un grand frère, utilisé par les personnes du sexe féminin)

Seol resta un instant complètement étonné. Yi Seol-Ah se rapprocha de lui. De l’inquiétude se lisait sur son visage.

« Vous allez bien ? Vraiment ? »

« Mais… qu’est-ce qu’il y a ? »

« Vous sembliez très mal en point tout à l’heure. J’étais inquiète, donc je vous ai suivi pour essayer de voir si vous alliez mieux, mais vous n’étiez pas dans votre chambre… »

 

Seol comprit que la personne ayant toqué à sa porte tout à l’heure était probablement Yi Seol-Ah. Elle faisait sans doute référence à son apparence lorsqu’il était revenu choqué et hagard de sa mission ‘Difficile’. C’était vrai qu’il avait probablement semblé étrange. Il comprenait maintenant la réaction de la jeune femme devant lui.

 

« Est-ce que vous avez pleuré ? »

 

Est-ce que j’ai pleuré ? Inconsciemment, Seol se toucha le visage et remarqua que l’eau qu’il s’était versée sur la tête n’avait pas complètement séché.

 

« … Sans doute. »

« Mais… mais pourquoi ? »

« Parce que je suis pathétique. »

« Orabeo-nim n’est pas pathétique ! » s’excalma Yi Seol-Ah en sautant sur place. Elle agrippa ses avant-bras. « Non, non ! Vous êtes formidable. Vous avez complété une mission ‘Difficile’ tout seul, et vous n’imaginez même pas l’impression que vous avez faite sur les autres survivants en bas ! » continua-t-elle, les yeux emplis d’inquiétude.

 

Seol commença à se sentir un peu mieux, mais juste un peu. Il secoua la tête.

 

« Je n’aurais jamais dû essayer cette mission. »

« Elle était si… difficile ? »

« Je l’ai essayée sans même connaître mes propres limites, et j’ai failli perdre la vie. Pour être honnête, c’est un miracle si je suis encore là, debout devant vous. »

 

Yi Seol-Ah fut sur le point de dire quelque chose, mais s’en empêcha en voyant l’expression blessée de Seol.

 

« Je n’aurais jamais dû continuer comme ça. Je n’aurais jamais dû essayer cette mission. Jusqu’à maintenant, je n’ai… » commença-t-il en fronçant les sourcils. Il se tut quelques secondes, grinçant des dents. « Je n’ai fait que risquer ma vie avec un pari stupide. »

 

Et moi qui m’étais promis de ne plus jamais jouer…

 

« Orabeo-nim… »

 

Yi Seol-Ah se tortilla sur place, se demandant s’il y avait quelque chose qu’elle puisse faire pour le consoler. Elle tira doucement sur les manches de son pull. Seol, qui jusqu’alors regardait ses pieds, releva doucement les yeux et vit un doux sourire sur les lèvres de Yi Seol-Ah.

 

« Souhaiteriez-vous aller courir avec moi ? »

« Heu, pardon ? »

« Oui ! On devrait faire la course ! »

 

Seol commença à s’interroger sur cette proposition sortant de nulle part.

 

« Une course ? Mais pourquoi vous me parlez de course tout d’un coup ? »

« Courir fait beaucoup de bien, vous allez voir ! Une fois concentré sur ses foulées, l’esprit se vide et on commence à se sentir bien après avoir transpiré ! »

« Mais, heu, il n’y pas vraiment d’endroits pour courir, si ? Et courir dans les couloirs, c’est un peu… »

« Mais regardez ça~ »

 

[Course à pied (Nombre de tentatives restantes : ꝏ / ꝏ)]

Faites 10 tours de piste !

Difficulté : Basique.

Succès : rien

Échec : rien

*Coopération possible (jusqu’à 6 personnes).

 

La jeune femme venait de lui tendre un parchemin de mission. Elle n’en avait pas qu’un ou deux, mais une trentaine. Seol regarda avec étonnement sa pile de parchemin.

 

« Ne vous en faites pas, » se hâta-t-elle d’expliquer, un peu gênée. « Il y a un nombre infini de tentatives pour cette mission, ce n’est pas grave si j’en ai pris un peu plus que d’habitude. »

« Mais quand même, une trentaine… »

« Oh. Heu, eh bien, j’ai besoin d’aller courir avant d’aller au lit, sinon je n’arrive pas à m’endormir, » expliqua-t-elle, tirant la langue.

 

Seol ne put se résoudre à refuser son offre après avoir reçu un sourire si beau et innocent. La méthode pour ‘coopérer’ était plutôt simple. Les personnes voulant se regrouper n’avaient besoin que de se tenir par la main, de se toucher l’épaule, ou tout autre contact physique lorsque le parchemin était déchiré.

 

Seol et Yi Seol-Ah furent téléporté sur une piste d’athlétisme. Elle n’était pas plus grande que celle qu’un collège ou qu’un lycée pourrait avoir. Seol pensait qu’il ne serait pas trop difficile de faire dix tours de piste, mais comprit rapidement qu’il en avait sous-estimé la difficulté.

 

Je suis en aussi mauvaise forme physique ?

 

Il n’avait pas eu de problème avant le quatrième ou cinquième tour. Mais dès le sixième tour, il avait commencé à ralentir, et quand il parvint tout juste à compléter le septième, il ne voyait même plus Yi Seol-Ah devant lui, abandonnant tout espoir de la rattraper. Il ne pouvait même plus dire si c’était lui qui courait sur la piste, ou si c’était la piste qui courait en-dessous de lui. Il avait le souffle très court, son cœur battait très fort tout en lui demandant de plus en plus d’oxygène. De la sueur lui coulait dans le dos comme s’il pleuvait, et un goût aigre-doux émergeait de sa gorge.

 

Je… j’en… peux… plus !

 

Il voulait s’effondrer par terre et s’évanouir, mais ce serait bien trop embarrassant. Pourquoi ? Parce que Yi Seol-Ah avait déjà fini ses dix tours et l’attendait près de la ligne d’arrivée tout en reprenant calmement son souffle. Voilà pourquoi.

 

Ce n’était pas très surprenant. Pendant de nombres années, son corps avait été empoisonné par les longues soirées de jeux, par la prise d’alcool et de cigarettes. Il était impossible qu’il soit en bonne forme physique, d’autant plus qu’il n’avait jamais fait le moindre exercice.

 

« Changez votre façon de respirer ! Ne respirez pas avec la bouche, mais avec le nez ! Comme ça ! Hu-hu, ha-ha ! Hu-hu, ha-ha ! »

 

Seol serra les dents en entendant ses encouragements. Ce ne fut qu’à cet instant que la réponse qu’il cherchait devint claire comme de l’eau de roche. Comme il l’avait dit lui-même peu de temps auparavant, tout ce qu’il avait fait était de risquer sa vie dans des paris stupides. Bien sûr, il avait été chanceux d’obtenir de l’aide symbolisée par la Marque d’Or, mais si ne serait-ce qu’une chose était allée de travers, il aurait été tué sans l’ombre d’un doute, comme par exemple lorsqu’il était tombé à terre de l’attaque sautée du chef des squelettes.

 

D’ailleurs, la servante avait, elle aussi, raison. La Zone Neutre n’était pas un endroit où les survivants devaient trouver une façon de survivre. Non, c’était un lieu conçu pour apprendre à survivre. Même ici, il y avait un ordre des choses.

 

Seol puisa au fin fond de lui-même l’énergie nécessaire pour finir les dix tours. Il s’écroula à terre juste avant la ligne d’arrivée en respirant bruyamment. Yi Seol-Ah fit quelques foulées dans sa direction et lui conseilla d’ajuster lentement sa respiration, avant d’incliner la tête, arborant une expression de surprise.

 

« Je ne pensais pas qu’Orabeo-nim était dans une aussi mauvaise forme physique… »

« Comment… Mademoiselle… Yi Seol-Ah… possible… courir… aussi bien ? »

« Eh bien, je livrais le lait le matin, voyez-vous ? Pendant à peu près un an. »

« Ça… devait… être dur… »

« Oh non, pas du tout ! J’ai toujours aimé courir, voyez-vous ? Même lorsque j’étais à l’école, j’ai intégré le club d’athlétisme et je courrais presque tous les jours~ » expliqua-t-elle, faisant un V en signe de victoire avec ses doigts.

 

Seol avait trouvé que sa personnalité discrète et timide allait parfaitement paire avec sa grande beauté, mais elle était en vérité une authentique athlète. Il accepta volontiers la main qu’elle lui tendait.

 

« Merci, » lui dit-il.

« Pardon ? » s’étonna-t-elle de ce remerciement venu de nulle part.

« Mes idées sont beaucoup plus claires maintenant. »

« Oh, je… Ce n’est rien. Je suis heureuse si j’ai pu vous aider. Et puis… vous… vous m’avez sauvé, donc c’est moi qui devrais… » hésita-t-elle en baissant les yeux. Ses joues se rosirent légèrement. La voyant aussi gênée, un brin de malice s’empara de Seol.

« Dans tous les cas, merci. »

« Non, non, ce n’est rien… »

« Merci. Je le pense sincèrement. »

« Non, vraiment, ce n’est rien. C’est moi qui… »

« Je ne sais vraiment pas comment je pourrais vous rendre la pareille… »

« … Orabeo-nim, » le coupa-t-elle, faisant la moue et en lui lançant un regard énervé adorable. « Vous faites ça pour vous venger de ce que moi et Sungjin vous avons fait, c’est ça ? »

« Oh, vous avez deviné ? » dit-il d’un clin d’œil.

 

Il se releva. Pendant qu’il courrait, il avait l’impression de mourir, mais maintenant que c’était fini, son humeur s’était sensiblement améliorée, cela le surprenait beaucoup.

 

« Courir fait vraiment du bien, en fait. »

« Vous voyez ? La course est vraiment le meilleur moyen de retrouver une bonne condition physique. C’est vraiment un très bon exercice de cardio ! Ça renforce la capacité d’oxygénation des poumons, renforce le cœur et améliore la circulation sanguine. »

 

Seol s’étonna de tous les bienfaits de la course. Il n’avait sincèrement jamais eu la moindre idée que quelque chose d’aussi simple pouvait être aussi bénéfique.

 

« Dans ce cas, devrions-nous courir ensemble une fois de plus ? »

« J’en serais ravie, mais… » accepta-t-elle avant d’incliner la tête et de continuer d’une voix basse. « Vous allez devoir arrêter de me vouvoyer, ok ? »

 

Seol s’amusa beaucoup de cette requête inattendue.

 

 

 

 

Après avoir terminé sa séance de course à pied avec Yi Seol-Ah, Seol se rendit à nouveau au panneau d’affichage, et, effectivement, il les aperçut enfin. Tout en bas du tableau se trouvaient de nombreuses piles de parchemins de difficulté Basique. Elles n’offraient aucun Point de Survie, expliquant pourquoi la majorité des survivants les avait ignorées jusqu’à maintenant.

 

Seol décida de changer complètement ses plans. Il se rendit immédiatement à la boutique VIP, ignora les requêtes de la servante qui gérait la boutique et acheta les 59 fioles de Compétence restantes. Il en consomma une, et se mit à courir à nouveau.

 

« Des citoyens en bonne santé forment une nation forte ! »

 

Criant le fameux slogan incitant les citoyens coréens à faire de l’exercice, Seol se concentra uniquement sur l’amélioration de sa condition physique. Il avait réalisé qu’avant de commencer à remplir des missions, il devait être en bonne santé et en bonne forme physique.

 

Au fil des jours, les autres survivants commencèrent à trouver étrange le régime de Seol. En effet, de leur point de vue, il était suffisamment fort pour réussir des missions Difficiles en solitaire ! Et maintenant, il ne faisait plus que des missions d’entraînement Basiques qui n’offraient aucune récompense, qu’il répétait encore et encore sans en faire aucune autre.

 

Pour Seol, ce changement fut difficile au début. En raison de sa mauvaise condition physique, il devait se reposer bien trop souvent. Par ailleurs, au bout d’un moment, il en avait assez de fair tout le temps la même chose. Il devait constamment lutter contre la petite voix dans sa tête lui disant, ça suffit, t’en as assez fait, tu peux t’arrêter maintenant. Mais lorsqu’il ressentit les premiers résultats et la façon dont son corps s’adaptait à l’effort qu’il lui demandait, tous ses doutes et tentations s’évaporèrent.

 

Il pouvait maintenant compléter les dix tours de pistes sans ralentir d’un pouce, cette même piste qu’il avait eu tant de mal à terminer quelques jours plus tôt. Cela l’essoufflait à peine. Comme il pensait que cela ne suffisait pas, il enchaîna avec une nouvelle mission d’entraînement. Celle-ci lui demandait de courir 20 tours sur une piste un peu plus grande. L’autre différence avec la mission précédente était que celle-ci récompensait d’un Point de Survie en cas de succès.

 

Il accomplit assidûment cette mission plusieurs fois, et sentit son corps se développer, certes doucement, mais sûrement. Il ressentait véritablement ses progrès, sans aucun doute liés à l’utilisation de la potion de Compétence. Les résultats étaient si tangibles qu’il ne trouvait plus l’entraînement monotone et ennuyeux, devenant au contraire intéressant et fun. À chaque fois qu’il remplissait un objectif qu’il pensait impossible, à chaque fois qu’il serrait les dents pour atteindre la ligne d’arrivée, quelque chose changeait en lui.

 

Il devint presque accro à cette euphorie du succès. Il s’entraîna comme fou, passant 16 heures par jour à remplir les missions d’entraînement. Il pouvait se le permettre essentiellement en raison de sa chambre. Maria avait elle-même déclarée que sa chambre était la ‘meilleure de toute la Zone Neutre pour récupérer’. Une seule heure de repos lui permettait de faire disparaître toute la fatigue qu’il ressentait, et en dormant quatre heures il récupérait cent pour cent de ses capacités.

 

Cependant, il avait l’impression qu’il ne lui restait pas suffisamment de temps pour qu’il passe à chaque fois quatre heures à dormir. Il fallait qu’il trouve quelque chose pour récupérer son endurance plus rapidement. S’il existait des potions comme la Compétence, il devrait bien exister des choses lui permettant de récupérer beaucoup plus vite.

Il dépensa ses PS sans compter pour cela. Il n’avait, après tout, aucune autre dépense, puisqu’il bénéficiait de la gratuité des repas et du logement. Grâce à cela, il parvint à réaliser 20 heures d’entraînement par jour. Il était persuadé qu’il faisait enfin bon usage des conditions de départ exceptionnelles qu’on lui avait offertes au lieu de se reposer sur elles comme d’une béquille.

 

Bien sûr, il était envieux d’autres survivants se regroupant pour affronter diverses missions, et il était toujours très attiré par les Nectars des Dieux. Mais, lorsqu’il se plongeait à corps perdu dans son entraînement et se concentrait uniquement sur ses foulées et sa respiration, toutes les pensées négatives étaient filtrées hors de son système et il gagnait une indéniable clarté d’esprit. Il était déterminé à ne prendre aucune nouvelle mission jusqu’à ce qu’il se sente suffisamment confiant pour les affronter.

 

Ainsi, deux semaines passèrent. Pour la majorité des survivants, il ne s’agissait que de 14 jours, mais pour Seol, ces quatorze jours eurent l’effet de 112.

 

 

 

 

« Il est complètement malade, » conclut Cinzia après avoir visionné l’enregistrement. Le coude sur la table, elle se maintenait la tête de sa main. Sur l’écran, Seol courrait sur la piste sans faire la moindre pause. « Il vient de passer deux semaines à ne faire que des entraînements basiques… Hah. Je ne pensais vraiment pas que quelqu’un comme lui apparaîtrait. Je suis certaine que les dieux en sont ravis. »

« Ne devrions-nous pas informer bientôt les survivants ? » demanda avec révérence une servante derrière elle. Il s’agissait d’Agnès, la servante ayant offert à Seol de le guider dans la Zone Neutre avant d’être chassée vulgairement par Maria.

« Oh, tu parles de la fausse date limite ? »

« La Zone Neutre est dans la tourmente en ce moment. La date limite a été bien trop raccourcie. Si les survivants apprenaient la vraie date de fin, alors… »

« Alors quoi ? Que peuvent-ils bien faire ? » demanda Cinzia. Elle sortit une cigarette de sa poche intérieure, qu’Agnès s’empressa habilement d’allumer. « T’en fais pas. On va se détendre, on va attendre la fin du mois avant de leur dire ‘Oh, vous nous faites pitié. J’ai décidé de généreusement repousser la fin de la Zone Neutre’. Et le tour est joué. »

« Mais quand même… »

« Ça suffit, » l’interrompit Cinzia. Agnès se tut immédiatement. Une fumée blanche s’échappait doucement de la bouche de Cinzia. « Il n’y a aucun problème. N’ai-je pas averti que moi seule pourrais décider de l’échéance de la Zone Neutre ? »

« Il y a eu des débats pour savoir s’il était bien sage que vous changiez les règles comme vous l’entendez… »

« Hmph. Bon, eh bien. Dis-moi, qu’est-ce que tu crois qu’il se serait passé si on leur avait dit qu’ils pouvaient rester ici pendant trois mois ? » Agnès se contenta de soupirer au lieu de répondre à cette question acerbe. « C’est évident. Ils auraient rien glandé. Je veux dire, même ceux qui n’ont aucun point à l’issue du Tutoriel n’auraient besoin que de 30 à 40 points par jour pour pouvoir passer. Tu sais pourtant comme moi le prix qu’on a payé pour établir cette Zone Neutre, non ? Tu crois que j’allais rester là, à les regarder glander, sans rien faire ? »

« C’est… plutôt vrai, » concéda Agnès à contrecœur.

« Même le plus naze des bons à rien pourra compléter une mission Normale d’ici la fin de la Zone Neutre, à partir du moment où il se construit pas à pas une base solide. Les pousses plus prometteuses pourront aller au-delà. Tu te rappelles que Sung Shihyun a démarré avec la difficulté Basique et est parvenu à terminer la mission de difficulté ‘Impossible’ lors du dernier jour de la Zone Neutre, non ? »

« Oui, j’ai déjà entendu cette histoire. »

« Bah voilà. Cet endroit est conçu pour accélérer le développement des survivants. Mais à quoi bon leur dire que c’est important s’ils n’en ont rien à faire ? »

« … »

« Il vaut mieux le voir une fois de ses propres yeux que de l’entendre mille fois. S’ils sont incapables de le ressentir par eux-mêmes, ça ne sert à rien de leur dire la vérité des centaines de fois. Au moins, avec la date de limite aussi proche, ils sont bien obligés de s’investir à fond. »

 

Mais ils sont sur le point de craquer, faillit rajouter Agnès avant de décider de garder le silence et d’incliner la tête. Elle n’était pas entièrement d’accord avec l’idée de forcer les gens simplement parce qu’il n’y avait pas suffisamment de gens utilisant volontairement les ressources à disposition de façon optimale. Mais elle n’avait pas d’argument solide en faveur du contraire. Les nombreuses ouvertures de la Zone Neutre qui précédaient celle-ci étaient toutes autant de preuves de ce qu’affirmait Cinzia. Et puis, elle était le manager en charge des invocations de mars 2017. Au-delà des règles de bases, elle pouvait décider de tout.

 

« Bon, c’est vrai que je devrais pas trop parler, quand même. Moi aussi je faisais ces missions comme une dingue, » dit-elle, portant à nouveau son attention sur l’écran. Elle se lécha les lèvres, ne paraissant pas déçue mais plutôt envieuse. Agnès se couvrit la bouche pour cacher le sourire qui y apparaissait. « Si je m’étais entraînée aussi dur que lui lorsque j’étais à sa place… Je serais sans doute deux fois plus forte que maintenant. »

« Je pense comme vous. »

« Oh ? Même la fameuse Agnès pense pareil ? »

« Bien sûr. À chaque fois que je suis confrontée à mes limites, je nourris des regrets. Si j’avais la chance de pouvoir recommencer depuis le tout début, je n’aurais pas hésité à dépenser des millions et des millions. »

 

Cinzia eut un grand sourire ; elle semblait vraiment savourer ce moment.

 

« Recommencer depuis le tout début, hein ? C’est un sujet intéressant. Dis-moi, comment ferais-tu si tu avais cette chance ? »

« Eh bien, déjà, j’aurais tâché d’accumuler le plus de Points de Survie possible pendant le Tutoriel. Ensuite, arrivée à la Zone Neutre, j’aurais bu une bouteille de Compétence de la boutique VIP chaque jour en faisant plein usage de la chambre attribuée au survivant n°1. Et comme il me resterait sans doute des points après ça… eh bien, je ferais probablement la même chose que cet homme. »

« Exactement. C’est pour ça que je suis envieuse, » dit-elle, lâchant l’écran des yeux pour regarder Agnès. Dans les yeux de celle-ci, fixés sur l’écran, brillait une lueur étrange. « Il faut croire que des instincts d’artisane n’ont pas entièrement périclité. Tu peux l’aider si tu veux, ce n’est pas un problème. »

 

Agnès cligna des yeux, le consentement de Cinzia l’ayant prise par surprise.

 

« Pardon ? Ah, mais cet homme est… »

« Je sais, il a été invité par Miss Rusée… Mais il y a un truc. J’ai appris quelque chose d’intéressant, » commença Cinzia, tirant sur sa cigarette avant de faire un grand sourire.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *