The Second Coming of Gluttony – Chapitre 5

« Même si vous tombez à l’eau, vous n’en mourrez pas, » dit une voix aux teintes argentées. Le volume de cette voix semblait plus fort que d’habitude, probablement parce qu’il n’y avait personne d’autres aux alentours.

Une silhouette émergea de l’obscurité. Il s’agissait d’une femme, portant un chemisier blanc sous une veste noire, et une jupe grise H-line qui épousait parfaitement ses courbes naturelles. Elle tenait un une sacoche en cuir à la main, lui donnant dans l’ensemble un look d’une femme d’affaires.

« L’eau est très peu profonde ici. C’est l’idéal pour faire un peu de nage, mais c’est tout. »

Elle termina sa phrase d’un ton plus aigu. Malgré son apparence de femme d’affaires, elle parlait de façon malicieuse.

Alors que Seol sortait de l’eau, la femme arbora un sourire et l’interrogea :

« Êtes-vous Seol… »

« Qui êtes-vous ? » l’interrompit Seol. Elle s’approcha de lui de manière détendue. D’un geste fluide, elle sortit sa carte de visite et lui la tendit.

« Je me présente. »

Seol analysa la carte.

[Sinyong Pharmaceuticals]

[Kim Hannah, Directrice]

Seol ne faisant montre d’aucune envie de prendre la carte, Kim Hannah retira sa main, un peu gênée. Elle lui tendit un mouchoir.

« Tenez. Personnellement, je ne suis pas une grande fan des hommes adultes qui pleurent. »

Seol ne prit pas le mouchoir et préféra s’essuyer les yeux avec ses manches. Si d’autres pouvaient s’en agacer, Kim Hannah sembla trouver la vigilance de Seol intéressante.

« Un jour, on m’a dit qu’un joueur compulsif ne bougerait pas d’un pouce, même si une femme magnifique toute nue se jetait dans ses bras. Il faut croire que c’est vrai. »

Seol examina la femme aux lunettes devant lui, qui était d’une extraordinaire beauté. Il avait le sentiment de l’avoir vue dans son rêve. Plus spécifiquement, il se souvint l’avoir vue dans la toute première scène, alors qu’il buvait de la bière au bord de la rivière. Elle lui avait dit qu’elle avait de bonnes nouvelles pour lui. Et il s’agissait vraiment de bonnes nouvelles. Elle lui avait dit qu’elle lui donnerait suffisamment d’argent pour rembourser ses dettes, et qu’elle allait l’aider à en gagner encore plus s’il travaillait bien. Elle lui avait ensuite tendu une enveloppe remplie de billets, et le Seol du rêve avait été complètement subjugué. Même si en échange il avait dû signer un contrat, cela n’avait pas du tout inquiété le Seol du rêve. Après tout, l’argent était déjà arrivé dans sa poche, et il s’imaginait participer à des essais cliniques pour plus d’argent. Bien sûr, ce ne fut que bien plus tard qu’il réalisa qu’il s’était fait avoir. Il avait été entraîné dans un endroit qu’il n’avait jamais vu auparavant, et le contrat avait été un contrat d’esclave.

Même si cela s’était déroulé dans le rêve, il tressaillit quand il se rappela à quel point il avait dû travailler comme un cheval de trait.

Non, une minute. Il réalisa quelque chose. Ce qu’il avait interprété comme un rêve était en train d’arriver dans la réalité. Il se calma directement et se mit dans un état de vigilance maximum.

« Vous êtes bien plus calme que vous en avez l’air. »

« ? »

« Je pensais vous faire réagir en évoquant les jeux d’argents. »

Il était évident que la réaction de Seol était une surprise pour Kim Hannah, mais c’était simplement que son attention était dirigée ailleurs pour le moment.

« Mais, ça marche d’autant mieux pour moi. Il sera plus facile de parler avec vous que je ne le pensais. »

« Parler ? »

« Ouais. Je vous apporte de ~bonnes nouvelles ~ », ricana Kim Hannah, comme si elle se trouvait hilarante. En face d’elle, Seol ne parvint pas à masquer son étonnement.

Je vous apporte de bonnes nouvelles. Il s’agissait de la même phrase qu’il avait entendue dans son rêve. Il commençait sincèrement à croire que son rêve n’était pas simplement des sottises oniriques, mais plutôt une prémonition du futur.

« Hé, » l’interpella Kim Hannah. Elle posa sa sacoche en cuir au sol. Le contenu de sac fut exposé, et des liasses de billets de 50000 won apparurent. « Que diriez-vous d’un pari ? »

Elle se mit au travail. Elle avait fait ses recherches sur le passé du jeune homme devant elle. Tout ce qu’il lui fallait faire était de jeter l’appât.

Les personnes accros aux jeux d’argent étaient parmi les plus faciles à berner. Mais elle était une perfectionniste, et cherchait constamment le meilleur timing pour que ses cibles ne refusent jamais. Et pour Seol, c’était aujourd’hui. Voyant le regard du jeune homme fixé sur la sacoche, Kim Hannah était persuadée qu’elle parviendrait à ses fins.

Seol leva lentement la tête ; Kim Hannah lui fit un geste des mains pour l’inviter à parler.

« Non merci. »

« Génial, le jeu auquel nous allons jouer est… » commença-t-elle avant de s’arrêter net.

« J’ai arrêté les jeux d’argent. Je ne veux pas jouer avec vous. »

Pendant que Seol réaffirmait sa position, Kim Hannah retrouva son calme. Elle cligna rapidement des yeux et inclina légèrement la tête.

« Alors même que tout cet argent pourrait être à vous en ne gagnant qu’une seule fois ? »

« Je ne suis pas intéressé. »

« Et si je vous disais que cet argent était à vous, que vous gagnez ou non ? Si je me rappelle bien, vous êtes pas mal endetté… »

« Je règlerai ce problème moi-même. »

« N’êtes-vous pas intéressé par pourquoi je vous fais cette offre ? »

« … »

« Je vais tout vous expliquer. Tout ce que vous avez à faire, c’est de jouer à un jeu avec moi. Bien sûr, vous recevrez cet argent, que vous gagnez ou non. »

Pour être parfaitement honnête, l’offre était très alléchante. D’un coup d’œil, Seol estimait le contenu du sac à au moins quarante liasses de billets. La femme parlait d’un ton assuré, et cela lui donnait envie de lui faire confiance. Ce n’était peut-être pas une si mauvaise idée de l’écouter.

Alors qu’il était sur le point d’acquiescer, l’équivalent d’une alarme résonna dans sa tête. Les émotions qu’il avait ressentie dans le rêve se mirent à bouillonner en défi. Et en même temps, il ressentait une étrange attirance… Seol prit de longues inspirations en réponse au tourbillon d’émotions contradictoires.

Est-ce que je suis sur le point de faire une nouvelle grosse erreur ?

Même si un rêve paraissait particulièrement réel, on l’oubliait généralement rapidement après s’être réveillé. Mais Seol se rappelait encore d’elle, donc elle jouait probablement un rôle important. Son intuition lui disait de rester prudent.

Les doutes de Seol étaient corrects. Les mots « Tout ce que vous avez à faire, c’est de jouer à un jeu avec moi » pouvaient être interprété de plusieurs façons.

« Je refuse. »

Ah bon ? marmonna intérieurement Kim Hannah. Sa réaction l’avait surprise. Elle s’était attendue à ce qu’il lui saute dessus comme une bête affamée à la vision des liasses de billet. Cela correspondait davantage au Seol qu’elle connaissait.

Mais cette situation n’était pas totalement inattendue. Il y avait de temps en temps des gens comme lui, des idiots qui faisaient les durs pour recevoir plus d’argent. Kim Hannah ajusta son évaluation de Seol. Il ne lui semblait pas si mauvais. Tout du moins, il était mieux que les idiots irréfléchis. Malheureusement…

Tu as choisi le mauvais adversaire, petit con.

Ce n’était pas son premier rodéo. Elle savait parfaitement comment convaincre les gens comme lui.

« Ah, c’est problématique… » dit-elle. Elle prétendit croiser les bras pour appuyer sur la poche intérieure de sa veste. Bzzz. Quelque chose vibra.

« Ah, désolée, une minute. »

Elle sortit son téléphone, plaçant gracieusement ses écouteurs dans ses oreilles.

« Oui, Kim Hannah au téléphone. Ah~ oui, je lui parle en ce moment même. Oui, oui… Vraiment ? Nous le recrutons ? »

Elle jeta un rapide regard à Seol. Ensuite…

« Oui ! Bien sûr, ce n’est pas un problème. Mon client a refusé. Du coup, je vais rentrer~ »

Elle retira ses écouteurs et sourit.

« Quelle coïncidence. La dernière place vient tout juste d’être prise », lui dit-elle en insistant sur les mots « dernière place ».

« Puisque vous avez refusé mon offre, j’imagine qu’il n’y a pas de problème. Je m’excuse donc, j’espère sincèrement que vous parviendrez à vos objectifs. »

Elle ramassa la sacoche en cuir et tourna les talons sans hésitation avant de s’éloigner, pas à pas. Elle savait d’expérience que deux choses pouvaient se passer. Seol allait soit l’interpeller sur le champ, ou la rattraper en courant peu après.

« Attendez. »

Kim Hannah sourit.

« Oui, qu’y a-t-il ? »

Elle tourna légèrement la tête ; son expression taquine était un bonus. Tu étais un peu différent de ce à quoi je m’attendais, mais tu pensais vraiment que les gens comme toi peuvent gagner contre moi ? pensa-t-elle en arborant un sourire triomphant. C’était alors que…

« Si ce n’est pas au sujet du Contrat… »

… que Seol ouvrit la bouche.

« Si ce n’est pas au sujet du Contrat, je veux bien vous écouter. »

Et voilà. Une seule phrase suffit à stopper complètement le fil des pensées de Kim Hannah. Elle cligna plusieurs fois des yeux, regardant l’homme en face d’elle, bouche bée.

« … Pardon ? » parvint-elle tout juste à répondre.

« Ce que je veux… »

Ce qui suivit….

« … est une Invitation, pas un Contrat. »

… détruisit complètement tous les scénarios qu’elle avait imaginé.

« Tu… » commença Kim Hannah. Son sourire avait complètement disparu. Elle retira lentement ses lunettes, et son regard devint froid comme la glace.

« Qui es-tu ? » demanda-t-elle. Son ton avait complètement changé, et sa voix contenait maintenant de l’hostilité.

« Tu le sais déjà. »

Puisque la femme avait arrêté de le vouvoyer, Seol décida de faire de même. Le regard furieux de Kim Hannah s’intensifia.

« Tu viens déjà de l’autre côté ? »

« Tu le sais probablement mieux que personne. »

Kim Hannah faillit dire qu’elle était d’accord. Elle avait choisi Seol comme l’une de ses cibles plus de six mois auparavant. Jusqu’à maintenant, il n’avait pas agi de manière étrange. Et puis, s’il était passé de l’autre côté ne serait-ce qu’une fois, son corps serait marqué par ça. Mais elle ne ressentait pas l’aura de la Marque, preuve que Seol n’avait aucune relation directe avec l’autre monde. Devant cette situation qu’elle n’avait pas du tout anticipée, Kim Hannah ne savait pas trop quoi faire. Normalement, cela ne pouvait pas arriver.

« Tu veux me faire gober ça ? Alors que tu connais la différence entre une Invitation et un Contrat ? »

« Et alors ? J’ai pas le droit de dire le mot ‘invitation’ ? »

Kim Hannah se mordit les lèvres après cette réponse effrontée du jeune homme.

« Je ne suis pas venue pour jouer avec les mots. Qui c’était ? Qui t’as contacté en premier ? »

« Ce n’est pas important, » esquiva Seol. Jusqu’à maintenant, tout ce qu’il avait dit provenait de son rêve, notamment les termes Invitation et Contrat. Les émotions qu’il avait ressenties l’avaient poussé à le faire. Il était impossible que Kim Hannah connaisse la vérité, donc il s’était dit qu’il était préférable d’installer un quiproquo. Après tout, c’était la seule arme de tromperie dont il disposait contre elle.

« Ce qui est important est que je veux une Invitation, pas un Contrat. »

À ses mots, Kim Hannah répondit après avoir pris une profonde inspiration.

« Ok, si tu veux pas me le dire, ainsi soit-il. Je suis curieuse, mais je n’ai aucune raison de t’écouter. »

Un, deux, trois, quatre. Kim Hannah compta dans sa tête pour se calmer. Elle avait l’impression qu’elle perdait l’initiative en faveur du jeune homme.

« Donc, au-delà de ça, dis-moi pourquoi tu veux une Invitation. »

« Parce que je ne suis pas intéressé par le Contrat et par la vie d’un esclave, » répondit-il simplement. Kim Hannah tiqua.

« Explique-moi pourquoi je devrais utiliser ma précieuse Invitation sur un accro aux jeux d’argent puant ! »

Seol sursauta. Avant même qu’il ne le réalise, il avait considéré le rêve de ce matin comme la réalité. Il ne put s’empêcher de se demander s’il devait continuer. Ce n’était pas trop tard, il pouvait arrêter la conversation maintenant, et prétendre qu’elle n’avait jamais eu lieu. Il s’était déjà promis d’arrêter les jeux d’argent. Il pouvait retrouver la confiance de sa famille qu’il avait perdu en trouvant un travail honnête et en travaillant sincèrement.

Mais quand il avait déclaré qu’il n’était pas intéressé par le Contrat, le sentiment de défiance disparut, de telle sorte que seule l’étrange sensation d’attirance restait. Lui aussi était curieux. Il y avait quelque chose qu’il voulait confirmer.

Seol se remémora la dernière scène du rêve. Les regrets de l’homme mourant le poussaient à aller de l’avant. Seol comprit enfin ce qu’il avait ressenti. Pour s’y rendre, il devait refuser catégoriquement de prendre le Contrat.

Il serra les dents, fouilla dans ses souvenirs.

« Tu le regretteras si tu ne me donnes pas d’Invitation. »

« Quoi ? »

« D’après ta carte, tu es Kim Hannah, directrice à Sinyoung Pharmaceuticals, correct ? »

« Et alors ? »

« Ces dernières années, Sinyoung est connu pour parvenir à développer de nouveaux médicaments… C’est lié à cet autre monde, pas vrai ? »

Le pari de Seol s’avéra gagnant. L’expression calme que Kim Hannah tentait de maintenir se dissipa. Avant son rêve de ce matin, Seol ne connaissait rien au sujet de l’autre monde. Cette information était indéniablement gardée secrète du grand public. Il ne savait pas si Kim Hannah était forcée de préserver ce secret ou si elle le faisait volontairement, mais il s’était dit que c’était une piste qui valait le coup d’être explorée. Seol était actuellement un citoyen comme les autres, sans atteinte à ses libertés fondamentales ; il n’avait ainsi pas l’obligation de garder le silence.

« Je n’ai même pas besoin d’ouvrir la bouche. Après tout, le XXIème siècle est connu comme l’ère de l’information. »

« T’es en train de me menacer ? »

« C’est toi qui as essayé de m’embobiner en premier lieu. La roue du karma tourne. »

« Très drôle. Tu crois que quelqu’un va te croire ? Un accro aux jeux d’argent ? »

« … Tu n’as pas forcément tort, » admit Seol. Pourtant, Kim Hannah sentait de plus en plus mal à l’aise. Pourquoi était-il si détendu ?

« Penses-tu que tes supérieurs penseraient la même chose ? »

Crack. Un grincement de dents retentit.

« Kim Hannah n’est même pas capable de signer un simple Contrat, et n’est pas capable de garder un secret aussi important. Je suis certain qu’ils vont t’a-do-rer. »

« Sale fils de pute ! » jura Kim Hannah, se dévoilant enfin complètement. Seol sentait qu’il s’approchait de son but. Un arnaqueur qui se mettait à jurer est un arnaqueur prêt à lever le drapeau blanc.

Il se demanda brièvement s’il souhaitait la provoquer davantage, avant de se retenir. Il était parvenu à placer plusieurs coups de bâtons, et ce serait surement une bonne idée que d’utiliser un peu la carotte. Après tout, c’était elle qui aurait le dernier mot.

« Bien sûr, je ne souhaite vraiment pas en arriver là. Il te suffit de me délivrer une Invitation », dit-il, voulant calmer le jeu. Elle serrait toujours les dents et affichait une expression dangereuse.

« Un Contrat et une Invitation sont deux choses complètement différentes. Je peux signer des Contrats, mais je n’ai pas l’autorisation de délivrer des Invitations. »

« Mais tu ne viens pas tout juste de parler de ta « précieuse » Invitation ? »

Sale bâtard, jura-t-elle intérieurement, se mordant à nouveau la lèvre inférieure. T’es vraiment une divinité de merde. Tu m’as dit qu’un jour je serai obligé d’utiliser mon Invitation. Est-ce vraiment de ça dont tu parlais ? Elle ébouriffa ses cheveux soigneusement coiffés, pensant avec colère à un dieu d’un autre monde.

« Je ne suis pas en train de te mentir. Je dois avoir la permission pour une Invitation normale. »

Seol haussa des épaules. Son attitude calme détint quelque peu sur elle et l’aida à calmer en partie sa colère.

Le Contrat était, comme sa dénomination l’indiquait, un contrat. Si le mot Invitation avait un sens différent, techniquement il s’agissait d’une extension de ce contrat. De ce point de vue-là, Seol avait dépassé les attentes de Kim Hannah. Il semblait être davantage quelqu’un de talentueux qu’un esclave. Elle avait l’impression de discuter avec un vétéran ayant travaillé dans l’autre monde pendant plusieurs années.

Toutefois, elle savait que cela ne pouvait pas être le cas. Elle calma sa respiration, et ouvrit son téléphone. Un conflit intérieur l’empêchait d’appuyer sur le bouton d’appel. Bon sang, pourquoi est-ce que je me retrouve avec un fils de pute pareil… 

Il n’était pas facile de changer un Contrat en une Invitation. Même si elle jouait avec les mots et embellissait la situation, il lui serait difficile d’échapper à un blâme. Kim Hannah était carriériste, et ne supporterait pas la moindre tâche d’ombre dans sa carrière.

Son téléphone toujours ouvert, elle s’adressa à Seol.

« Tu dois accepter trois conditions. »

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *