The Second Coming of Gluttony – Chapitre 9

[De : Le Guide]

[1) Échappez-vous de l’auditorium et rendez-vous en salle d’attente au premier étage du bâtiment principal avant la fin du temps imparti.]

[2) Temps restant : 03:59:38]

KWANG !!

La porte continua à se faire marteler de l’extérieur, et sembla sur le point de céder si le crissement métallique en était une indication. Cela n’était probablement qu’une question de temps.

KWANG, KWANG !!

Il leur était difficile de croire leurs propres yeux : l’épaisse porte métallique ne fut frappée que quelque fois, et elle était déjà complètement déformée, comme si elle était faite de papier. D’autres gonds étaient sur le point de céder.

« Il… Il faut bloquer la porte !! » Au lieu de paniquer, les personnes se mirent frénétiquement en mouvement. Dans une situation de vie ou de mort, les humains pouvaient être incroyablement rapides. Lorsque Yi Seol-Ah pris sa chaise et courut vers la porte, ce fut un signal pour les autres ; des dizaines de personnes se précipitèrent vers l’entrée. Quelqu’un apporta des chaises vides, quelqu’un d’autre grimpa sur la scène pour voir s’il y avait quelque chose d’utile, pendant que le reste utilisait leurs corps pour bloquer la porte.

KWANG !

Le martèlement continu de l’autre côté de la porte semblait regorger de colère, et la force de l’impact parvint à envoyer dans les airs plusieurs hommes comme s’ils ne pesaient rien.

« Poussez-vous de là ! »

Un groupe était parvenu juste à temps à démonter la chaire de l’estrade pour la coincer contre la porte. Même si ça ne serait pas entièrement suffisant, c’était mieux que rien.

Des gens rajoutèrent des chaises aux côtés de la chaire. En un clin d’œil, une vingtaine d’hommes avaient blindé la porte avec tout ce qu’ils avaient pu trouver, et quand une dernière chaise fut placée sous la poignée, la foule souffla un soupir de soulagement.

« Haa… »

Yi Seol-Ah s’arrêta de s’appuyer contre la porte et s’agenouilla, fatiguée par ses efforts. Un homme d’âge mûr lui adressa la parole en s’essuyant le front, probablement touché par la vue d’une fille d’apparence si frêle se battre ainsi.

« Tu as l’esprit vif pour quelqu’un de si jeune. » Il fit référence au fait qu’elle fut la première à réagir. Les personnes qui s’étaient activées après elle acquiescèrent de concert. Sans l’intervention rapide de Yi Seol-Ah, la porte aurait peut-être déjà été forcée.

Yi Seol-Ah, ne sachant comment répondre, baissa timidement les yeux.

« Non… ce n’était pas… »

« J’étais tétanisé par la peur. Mais sérieusement, j’ai été choqué de te voir réagir comme ça. Ça m’a fait réaliser ce qu’il se passait, et m’a motivé à me bouger, tu vois. »

« Tout le monde a fait de son mieux pour donner un coup de main… Je n’aurais pas pu bloquer la porte toute seule. »

L’apparence gênée de Yi Seol-Ah aida à détendre quelque peu l’atmosphère tendue dans l’auditorium. Dans tous les cas, sa gentillesse collait parfaitement à son élégant et lumineux physique. De plus, elle était Invitée et la première personne à réagir, ce qui était suffisant pour que le groupe développe une bonne impression d’elle.

Malheureusement, les événements qui venaient de se produire étaient bien trop choquant pour une atmosphère chaleureuse et cordiale.

« Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? » demandant quelqu’un d’un ton résigné, ce qui rappela à tout le monde la situation dans laquelle ils se trouvaient. Certains jetèrent un regard plein d’espoir vers Yi Seol-Ah, mais elle aussi était perdue.

Globalement, les regards des Contractants se portèrent sur les Invités. Quand le chaos se dissipa quelque peu, Seol regarda à nouveau son téléphone. En plus du message du Guide, il en avait reçu deux autres. L’un d’eux était le fameux « journal d’un étudiant inconnu », son objet bonus.

[De : Inconnu]

[#Auditorium (extrait du Journal d’un Étudiant Inconnu, page 2)]

… Il n’y avait qu’une porte permettant de sortir ou d’entrer dans l’auditorium. Nous sommes parvenus à la bloquer, mais en même temps, nous avons perdu notre seule possibilité de sortir.

Au bout d’un moment, l’extérieur de l’auditorium devint calme. Malheureusement, mes camarades étaient divisés en deux groupe. Le premier voulait attendre, le second voulait sortir pour voir ce qu’il se passait.

Les querelles internes s’amplifièrent, et nous oubliâmes rapidement la chose à l’extérieur de ces murs.

Nous apprîmes que cette chose n’était pas un simple monstre ou zombie.

[#Auditorium (extrait du Journal d’un Étudiant Inconnu, page 3)]

C’était le chaos total. Il n’y avait pas d’autres de mots.

La porte que nous avions désespérément renforcée était devenue inutile.

Pendant la pagaille, je parviens à découvrir le trou.

Le trou ? Seol s’arrêta sur cette dernière ligne. Lorsqu’il redressa la tête, le groupe de Contractant s’était rapproché de lui, et était presque parvenus à l’encercler.

« Oulala. C’est juste le début, et ils déconnent pas. Regarde, j’ai la chair de poule ! » s’exclama Kang Seok en se frottant le bras. « Maintenant que la porte est bloquée, je me demande ce qu’on devrait faire… »

Ses paroles et son attitude laissèrent penser aux Contractant qu’une solution pointerait bientôt le bout de son nez, mais…

« Allez, on y va. Regardons ci et là ce qu’il se passe. »

Kang Seok emmena avec lui que ses deux sous-fifres, Yi Hyungsik et Jeong Minwoo, ignorant ceux qui espéraient une réponse à leurs prières.

L’homme d’un âge mur portant des lunettes et un costume usé, celui même qui avait complimenté Yi Seol-Ah, se positionna dans leur chemin.

« Pardonnez-moi… »

« Hé, Hyungsik, vérifie l’arrière de l’estrade. Et Minwoo, tu devrais… »

« Pardonnez-moi, jeune homme ! »

« Qui, moi ? » répondit Kang Seok quelques secondes plus tard. Sans être certain, l’homme eut l’impression que Kang Seok l’avait délibérément ignoré.

« Qu’est-ce que vous essayez de faire ? »

« Heu, fouiller l’auditorium ? »

« Fouiller l’auditorium ? »

« Ouais, comme eux, » répondit Kang Seok en pointant la scène, où se trouvaient Yun Seora et l’homme nommé Hyun Sangmin, celui à la casquette verte, du doigt. Le groupe de Contractant regarda dans cette direction.

« Pour chercher quoi ? »

« Je sais pas trop. La sortie est bloquée, donc il faut bien trouver quelque chose, pas vrai ? On sait pas ce qui pourrait arriver ensuite. »

« Ouais, bien sûr. C’est vrai, » acquiesça l’homme de manière enthousiaste. Il faillit faire tomber ses lunettes. « Est-ce que vous voulez de l’aide ? »

« Hein ? » s’étonna Kang Seok, fronçant les sourcils. « Pourquoi est-ce que… Faites ce que vous voulez. Ce n’est pas comme si j’étais le boss ou quoi. »

« C’est vrai, mais bon. Vous autres, vous êtes,… comment dire… Vous n’êtes pas comme nous, si ? »

« Ouais, on est différent. Qu’est-ce que tu sous-entends ? » dit Kang Seok d’un ton aussi sec que lorsque le Guide s’était adressé aux Contractant.

« Ce que j’essaye de dire est que l’on devrait s’entre-aider, c’est tout, » expliqua l’homme, ignorant l’hostilité dans la voix de son interlocuteur. Ce qu’il reçu en retour fut un ricanement.

« Non, merci. C’est chiant quand des personnes se collent à nous, j’ai pas envie. »

« Comment ça, chiant ? »

« Peu importe. Chacun se mêle de ses affaires, ok ? Nous trois, on va de notre côté, » décida Kang Seok, refusant l’offre de l’homme sans la moindre hésitation.

Ce dernier tenta une dernière fois de l’interpeller, mais Kang Seok l’ignora et s’éloigna.

« Quel petit bâtard. »

Kang Seok s’arrêta net. Il observa le plafond pendant quelques secondes, soupira longuement et se retourna pour faire face à la personne qui venait de l’insulter, une femme assise à genoux qui le regardait d’un air assassin. Il s’agissait de Shin Sang-Ah.

« Comment tu m’as appelé ? »

« T’es un bâtard égoïste. Tu ne te soucies que de toi. »

« Qu’est-ce que c’est que ces conneries ? Et puis tu as tort, je me soucie de mes deux gars aussi, tu vois ? » répondit-il en passant ses bras sur les épaules de ses deux sous-fifres. Le regard de Shin Sang-Ah devint encore plus froid.

« Oooh, mec, matte comment elle regarde ! Tu pourrais tuer quelqu’un avec ces yeux ! »

« Hé, est-ce que c’est pas la débile qui s’est excitée devant le Guide ? Tu sais, celle qui voulait avoir son propre sac et tout. »

Yi Hyungsik et Jeong Minwoo se moquèrent d’elle. Un vieil adage ne disait-il pas que « la belle-sœur tentant de stopper la belle-mère est plus détestable que la belle-mère qui te bats » ?

« Ne voyez-vous pas les gens qui sont là ? Il y a des femmes et des enfants ! » s’indigna Shin Sang-Ah.

« Je les vois parfaitement. J’ai une bonne vue tu sais, » répondit Kang Seok d’un ton indifférent.

« Et… et vous trois… vous comptez survivre par vous-même ? »

« Qu’est-ce que tu attends de nous ? On est pressé ! »

« C’est pour ça qu’on a proposé notre aide, non ? »

« Bon sang, comment peux-tu être aussi sotte ? Ok, écoute bien. On n’a pas besoin de ton aide ridicule, et on n’en veut pas. Arrête de vouloir nous charger de bagages inutiles comme toi. »

« Je suis un bagage inutile ?? »

« Ouais. Rien de plus qu’un bagage. Même un aveugle peut voir que t’essayes de profiter de nous. Alors, dégage. »

Shin Sang-Ah resta bouche bée devant la réaction des trois jeunes hommes.

« Vous trois… êtes-vous vraiment des êtres humains ? »

« Oh ? Et vous ? Vous êtes des parasites, alors ? » répondit Kang Seok sarcastiquement. Shin Sang-Ah ne put contenir sa rage plus longtemps. Elle se leva et se prépara à lui mettre une claque. Kang Seok s’en amusa et retira ses bras des épaules de ses amis.

Alors que la situation était sur le point de dégénérer, une jeune fille s’interposa entre les deux personnes. Il s’agissait évidemment de Yi Seol-Ah.

« S’il vous plaît, calmez-vous tous les deux ! »

Shin Sang-Ah fut sur le point de dire quelque chose avant de se raviser, pensant probablement que ce ne serait pas très judicieux. Toutefois, son poing serré tremblait de rage pendant que Kang Seok secoua la tête, l’air moqueur.

« On aura déjà du mal à s’en sortir en travaillant ensemble, pourquoi vous vous battez comme ça ? »

« Travailler ensemble ? Mon cul ! » rétorqua Kang Seok. « Nous trois, on se connait depuis longtemps, bien avant de venir ici. On est venu avec un plan. »

« Mais… »

« Mais, mais, mais… T’as rien d’autre à dire ? Et puis, t’es aussi une Invitée, tu devrais avoir compris maintenant, » conclut Kang Seok avant de tendre la main à Yi Seol-Ah. « Cessons de nous disputer, ok ? Seol-Ah, pourquoi ne te joindrais-tu pas à nous ? Et ton frère, Sungjin, c’est bien ça ? Je peux aussi le prendre sous mon aile. »

« … Pourquoi es-tu prêt à nous accepter tous les deux ? »

« C’est évident, non ? Contrairement à eux, vous serez bien plus utiles. »

« T’es vraiment sans cœur, tu sais ? » remarqua Yi Seol-Ah d’un air extrêmement déçu. « Je pensais que t’étais quelqu’un de bien… »

Kang Seok haussa les épaules avant de lever haut la main.

« Eh, mec, et toi ? »

Il s’adressa à un jeune homme perdu dans ses pensées un peu plus loin. Il s’agissait évidemment de Seol.

« T’as pas envie de terminer ce Tutoriel stupide le plus tôt possible ? Je suis certain qu’on ira super vite avec toi. »

Même si leur situation actuelle ressemblait à une étrange farce, cela n’avait pas d’importance. Même un idiot comprenait l’importance d’avoir Seol avec soit. C’était quelqu’un que même le Guide n’osait pas prendre avec condescendance, quelqu’un de spécial.

« S’il vous plaît, aidez-nous ! » plaida Yi Seol-Ah. « S’il vous plaît, aidez ces gens, ne les abandonnez pas ! »

Seol eut l’impression d’être coincé entre le marteau et l’enclume. D’un côté, Kang Seok, de l’autre, Yi Seol-Ah. De manière plus générale, d’un côté les Invités, de l’autre les Contractants. Le premier groupe lui rappela la réalité de sa situation, le second essayait de faire appel à ses émotions.

Devant un tel choix, Seol activa instinctivement son pouvoir. L’auditorium tout entier était noyé dans une cacophonie colorée. Qu’est-ce que….

Seol crut un court instant se noyer dans une mer de sang. Mais ce n’était pas une erreur. La porte de sortie bloquée était passé de l’orange au vert ; c’était Kang Seok qui brillait en orange. Yi Seol-Ah n’avait, elle, aucune couleur.

Mais Seol n’avait pas le temps de s’attarder sur ces différences. Pourquoi ? Car tout simplement, l’intégralité du plancher était colorée en rouge sombre. Fidèle à sa première impression, c’était comme s’il regardait une mer de sang.

Rouge… Repli Immédiat Recommandé, c’est ça ? pensa Seol. Soudain, un sentiment d’urgence le prit.

Boum !

Le plancher de l’auditorium trembla. Les vieilles lames en bois commencèrent à se briser, propulsant des fragments dans les airs. Les personnes perdirent l’équilibre et se maintinrent debout tant bien que mal pendant que le sol tremblait.

« Mais qu’est-ce qu’il se passe ?! »

« Un tremblement de terre ? »

Cette interprétation se montra bien plus optimiste que la réalité.

En un clin d’œil, le sol explosa comme si une bombe avait explosé. Du cratère résultant, entre les morceaux de bois encore dans les airs, un long bras en décomposition émergea. Au bout de ce bras se trouvaient six genres de crochets.

D’un balayage vertical, le bras se plaça au niveau du sol avant d’attraper les cheveux de Yi Seol-Ah qui se tenait là complètement choquée par l’évolution de la situation. Le bras la tira vers le trou.

« Aahhhhhhhhh ! »

Sa tête s’écrasa violemment sur le sol et rebondit, avant de glisser vers le trou tête la première comme une balle de golf géante. Elle disparaissait rapidement dans les ténèbres.

« Nooonaaaa !!! » cria Yi Sungjin, se précipitant sur la paire de jambes, encore visible, qui donnait des coups de pieds dans l’air.

« À l’aide !! »

Le cri permit aux autres de retrouver leurs esprits, et la foule se précipita pour rattraper Yi Sungjin qui se faisait aussi traîner vers le trou. La vingtaine de mains qui le retenaient causèrent la perte de ses chaussures et même de ses chaussettes. D’autres personnes étaient pendant ce temps parvenues à rattraper les chevilles de Yi Seol-Ah. Un surprenant jeu de tir à la corde désespéré débuta.

« Tenez bon ! Lâchez rien ! »

« Sortez-les de là ! Allez, sortez-le de là ! »

Le chaos s’installa. Tout le monde criait, personne ne relâchait ses efforts dans cette épreuve.

Même la force combinée d’une dizaine d’hommes ne suffit pas à sortir Yi Seol-Ah du trou. Au contraire, ils étaient baladés de droite à gauche par la force provenant du sous-sol, faisant lâcher prise à certains.

« Hé, lâchez pas ! »

Ce fut à ce moment-là que…

« AAAAAAAAAAAAAAAAH !! »

Le cri provenait clairement de Yi Seol-Ah, mais il était à une fréquence telle qu’il semblait impossible pour qu’un humain le produise.

Splash !

Comme un geyser, de l’intérieur du trou jaillit un liquide rouge. C’était comme si quelqu’un avait rempli un blender de tomates, puis avait oublié de remettre le couvercle avant de l’actionner. Un mélange de chair et de liquides se répandit partout, pendant qu’une fontaine de sang jaillissait.

« Noona !! Noonaaa !! »

Les jambes de la jeune fille, qui jusqu’à présent s’agitaient de façon incontrôlable, se rigidifièrent instantanément. Ses dix orteils se replièrent simultanément. Ses cuisses tremblèrent, puis, comme une poupée à laquelle on avait coupé les fils, ses genoux cédèrent. Ceux qui essayaient de la sortir de là eurent la sensation que quelque chose venait de se couper.

La force retenant la jeune fille disparut subitement. Tout le monde tomba en arrière. Un homme regarda ses mains. Il tenait toujours une cheville mince, liée à une jambe svelte. Plus haut se trouvait une jupe bleue ensanglantée.

Il n’y avait rien d’autre au-delà de la jupe. Rien d’autre que des restes d’intestins broyés et des morceaux de chair.

« Aaaa… »

Une forme humanoïde commença à s’élever du trou dans le plancher.

« Aaah… »

Ses longs cheveux négligés étaient parsemés de morceaux de chair humaine de haut en bas.

« Aah… ah… »

Sa tête faisait au moins quatre fois la taille d’un homme adulte. Sur cette énorme tête, un œil géant prenait au moins la moitié de la place.

« AAAAAAAH ! »

L’homme ne put se retenir d’avantage et poussa un cri de terreur. Il se leva aussi vite que possible et courut. Il ne s’avait pas où aller, mais il voulait s’éloigner de cette créature aussi vite que possible.

L’auditorium fut pris de panique. Invités comme Contractants étaient absolument terrifiés par l’apparence grotesque du monstre et criaient à plein poumons. Ils s’enfuirent dans toutes les directions.

… Mes, mes pensées sont… 

Quand Seol repris ses esprits, il se surprit en train de courir vers la porte barricadée.

Pourquoi…

Il devrait être normal d’entendre le chaos qui l’entourait, et pourtant, le bruit s’estompait peu à peu. Tout sembla se jouer au ralenti : l’homme qui enlevait désespérément les chaises bloquant l’entrée, la créature cauchemardesque sortie du trou qui avait dévoilé ses longs membres comme une araignée avant de commencer à s’attaquer à la foule qui fuyait…

Tout se déroulait au ralenti, et il pouvait observer la scène sans perdre le moindre détail.

Pourquoi…

Il avait du mal à respirer. Des gouttes de sueur lui tombaient dans les yeux et lui troublaient la vue.

Pourquoi…

Combien de personnes allaient mourir aujourd’hui ? Le sol était déjà gorgé de sang, devenant collant.

Son corps devint de plus en plus lourd et sa vitesse ralentit également. Il commença à se demander s’il n’agitait pas ses bras et ses jambes dans tous les sens inutilement. L’auditorium était dans le désordre le plus complet.

Seol finit par s’arrêter à quelques mètres de la sortie. Grâce au travail de plusieurs personnes, la porte s’ouvrit enfin. Le vent froid pénétrant ses narines l’aida à calmer son corps bouillonnant, même si son corps continua à battre la chamade.

Seol avait conscience à quel point il était stupide et dangereux d’ignorer les avertissements lui recommandant un repli immédiat. Il n’était pas encore trop tard pour s’enfuir, même maintenant. Et pourtant…

Pourquoi est-ce que je suis aussi calme ?

L’odeur âcre de l’air brûlait ses narines, son corps se réchauffait et il avait la tête qui commençait à tourner. Soudain, la sensation familière de vertige qui le prenait disparut. La brume dans son esprit se dissipa instantanément, et le monde lui parut clair à nouveau. Seol ferma lentement les yeux.

Le monstre, occupé à dévorer un cadavre, s’arrêta tout d’un coup et tourna la tête comme une chouette avant de trouver un homme isolé positionné proche de la sortie de l’auditorium. Le monstre fonça sur lui sur ses quatre pattes.

Kheehick ?

Voyant que l’homme ne bougeait pas d’un pouce, le monstre, intrigué, inclina la tête et étira son cou. Le monstre étudia Seol avait beaucoup d’intérêt, comme une personne étudiant une belle assiette à un restaurant avant de la manger.

La matière étrange toucha les joues de Seol, et une odeur épouvantable lui entra par le nez. C’était une sensation familière et une odeur bienvenue.

Les sens de Seol étaient devenus parfaitement aiguisé. Les yeux fermés de Seol s’entrouvrirent. Sous son nez se trouvait un trait noir vertical formant une pupille, du blanc injecté de sang tout autour.

Quand son regard se concentra sur l’œil qui rayonnait de désir de tuer…

« … »

Seol eut un sourire détendu.

Keeeick !

Le monstre rétracta son cou avec hâte.

Les yeux toujours à peine ouverts, Seol donna un coup dans le pied cassé d’une chaise bloquant la sortie. Devait-il confronter la créature, ou lui montrer son dos ? Seol avait eu la réponse. Le Seol de son rêve la lui avait donnée. Il lui avait expliqué qu’une créature pareille n’était rien devant lui. Il avait même demandé à Seol, tu sais que tu as surmonté des situations encore plus dangereuses que ça, pas vrai ?

… Même le Seol d’avant les jeux d’argent, d’avant avoir perdu son pouvoir, disait la même chose : c’était l’heure de faire all-in.

Il attrapa le pied de la chaise qui volait dans les airs. Elle lui arriva parfaitement dans la paume.

Même si ce n’était pas une lance, il la tenait comme si s’en était une et adopta une posture.

Puis, il ouvrit les yeux complètement.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *