Une Décennie d’Amour – Chapitre 4

Le cœur de Zhishu He avait été rongé par des mensonges de Wenxu Jiang, répétés à plusieurs reprises pendant ces quatorze dernières années. Il était fatigué par tout ces mensonges et ne voulait plus y gaspiller son énergie mentale.

Zhishu He s’était presque endormi alors que Wenxu Jiang prenait sa douche. Lorsqu’il s »allonga enfin sur le lit et serra Zhishu dans ses bras, il trouva étonnamment que Zhishu était plus maigre qu’il n’y paraissait. Wenxu Jiang fut préoccupé par l’état de santé de Zhishu, mais il s’abstint de lui faire montre de trop d’attention et se contenta de lui demander: « Combien de poids as-tu perdu? »

« Je ne mange pas beaucoup car je n’ai pas un très bon appétit récemment », répondit Zhishu froidement, ses les yeux étaient remplis d’une légère déception.

Wenxu Jiang n’avait pas remarqué l’expression sur le visage de Zhishu He. Il commença à lui embrasser le dos le long de son épaule, ce qui était visiblement une de ses compétences de flirt: essayant de lui faire l’amour.

« Je suis tellement fatigué, je ne veux pas faire l’amour », Zhishu He se tourna vers Jiang et le repoussa doucement.

Wenxu Jiang ne voulait pas avoir de relations sexuelles pour le moment, car il avait beaucoup pratiqué avec ses amants ces jours-ci. Cependant, il fut déçu d’être rejeté par Zhishu He, qui avait toujours été docile et agréable. Son visage s’assombrit un peu suite à son refus.

Zhishu He lui tourna le dos et se rallongea. Il éteignit la lampe sur la table de chevet. « J’ai un rhume. Je me sens fatigué et je veux dormir. Tu ferais mieux de ne pas rester éveillé longtemps non plus. »

Wenxu Jiang n’était pas à l’aise avec le comportement anormal de Zhishu He, cela cachait définitivement un grand secret. Cependant, Zhishu He ne parlait généralement pas beaucoup et révélait rarement ses sentiments. Il était donc difficile à déchiffrer. De plus, Wenxu Jiang avait été absent de la maison depuis tant de jours. Il savait qu’il ne pouvait pas le lui reprocher, alors il tourna le dos à Zhishu He et décida de dormir.

Les yeux de Zhishu He étaient grands ouverts dans le noir. Il souffrait toujours de maux de tête à cause de l’insomnie qui durait depuis plus de dix jours. Il s’attendait à être un quelque peu réconforté par le retour de Wenxu Jiang; cependant, il s’avérait que la situation était devenue encore plus pénible.

La mère de Zhishu He avait douté par le passé que leur relation puisse durer éternellement; sans protection juridique, sans la bénédiction de la famille et des amis, et même sans enfant pour nouer et solidifier des liens. Comment Zhishu He pourrait-il simplement compter sur l’amour pour maintenir leur relation? En tant que favori de Wenxu Jiang, il pourrait être facilement remplacé, étant donné que certaines de ses caractéristiques qui avait attiré auparavant Jiang pouvaient également être trouvées chez de nombreux autres, probablement meilleurs encore que lui. Les gens disaient que l’amour prendrait bientôt fin si l’un commençait à essayer d’entretenir la relation par leur ancienne affection.

Quitter Jiang était son dernier recours, pensa-t-il, alors qu’il se tournait doucement pour regarder Wenxu Jiang qui dormait profondément. Il mit doucement ses bras autour de la taille de Jiang, murmurant: « Il reste moins d’un an… ça m’est égal que tu aies d’autres amants tant que tu les garderas dehors. Je veux juste la paix… »

Wenxu Jiang, qui était toujours dans un profond sommeil, prit instinctivement Zhishu He dans ses bras, et frotta les doux cheveux de Zhishu He avec son visage à la fois, murmurant: « …Petit Shu… »

Des larmes apparurent dans les yeux de Zhishu He, tombèrent sur ses joues, puis disparurent immédiatement. Il était trop difficile de résister aux mots doux de Jiang, même s’il savait qu’il ne faisait que parler en dormant.

C’était Zhishu He qui fut courtisé en premier lieu, et au fil des ans, c’est aussi Zhishu He qui avait donné le plus pour leur relation. Quand leurs affaires sont devenues stables, Zhishu He avait suivi le conseil de Jiang d’abondonner son travail et de rester à la maison pour s’occuper de Jiang; En réalité, c’était parce que Wenxu Jiang ne voulait pas que Zhishu He rencontre d’autres hommes. Zhishu ne s’était pas plaint et commença même à apprendre à faire le ménage et la cuisine. Ses actions dans la société furent également remises à Wenxu Jiang. Zhishu He était maintenant sur le point de perdre sa fortune et son amour.

Zhishu He n’avait même pas autant d’argent que les amants de Wenxu Jiang. Le traitement de sa maladie lui coûtait beaucoup. La raison pour laquelle il avait demandé plus de temps pour réfléchir, c’était parce qu’il avait plus peur de révéler sa situation financière déplorable que la maladie elle-même.

« Tu ne peux pas être aussi cruel avec moi… Je n’ai jamais été vraiment en colère contre toi… mais si tu continues à être ainsi, je disparaîtrai bientôt de ta vie et ne reviendrai plus jamais. »

Après avoir dit cela, Zhishu He réalisa à quel point c’était ridicule de le dire à voix haute. Il ne pouvait s’empêcher de se demander si sa vie serait totalement différente s’il avait choisi un autre chemin, au lieu d’accompagner Wenxu Jiang. Sinon, il aurait eu ses propres amis et un véritable amour pour le reste de sa vie, béni par sa famille et ses amis; il aurait eu son propre bonheur comme toute personne ordinaire.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *