Wortenia Senki – Tome 1 Chapitre 6

Dogagaga !

 

Une explosion retentit.

La porte ne bougea pas d’un pouce. Cependant, le moment suivant, la porte fait de lourds bruits puis s’écroula.

La porte n’était pas juste ouverte, mais totalement détruite.

 

« Maintenant ! Entrez, je vous prie… »

 

La voie de Seria résonna.

Les soldats allèrent dans la pièce qui a une très basse température au point où l’on peut le ressentir dans ses os.

 

« Comme attendu. Abattre la porte en utilisant la différence de dilatation thermique. »

 

Au mot de Rolph, Seria hocha légèrement la tête.

Au début, quand Seria allait utiliser la magie du feu, Rolph pensait qu’elle allait briser la porte en la fondant à haute température.

C’est pourquoi il a essayé d’arrêter Seria en faisant remarquer les problèmes qui en découlerait.

Mais, Seria comprit en quoi Rolph était inquiet.

Que l’air à l’intérieur de la pièce soit comme un enfer brûlant si elle essaye d’utiliser la chaleur pour faire fondre la porte.

Pour Seria et Rolph qui peuvent utiliser la magie, ils seront indemnes mais pour les soldats ordinaires, cela serait fatal.

Ils seraient incapables d’entrer dans la pièce avant que la température redescende.

C’est pourquoi plutôt que de faire cela, Seria a immédiatement refroidi la porte chauffée en utilisant de la glace. Utilisant ainsi la dilatation thermique.

 

« Maintenant. Nous devrions aussi entrer à l’intérieur. »

 

Les deux personnes allèrent dans la pièce, et ce qui est étendu devant leurs yeux est une scène de carnage.

Une odeur de métal rouillé dans l’air qui est l’unique senteur du sang.

 

« C’est… »

 

« Qu’est-ce qui s’est passé ici ? … »

 

Les deux personnes en perdent les mots.

Ils ne peuvent croire la scène qui apparaît devant leurs yeux.

« G-Grand-père ? »

 

Seria examinant les alentours, elle vit le corps de Gaies étendu sur le sol.

Les caractéristiques de sa robe font qu’elle ne peut pas se tromper.

 

« Noooooon ! Grand-père !! »

 

Seria éclata en sanglot et tomba sur les genoux.

Rolph essaye précipitamment de la retenir mais, Seria balaya sa main sur le côté et fit un sprint vers le corps de Gaies.

Se perdant dans ses émotions, Seria tenait le corps de Gaies dans ses bras.

Regardant Gaies être tenu dans les bras de Seria, Rolph grimaça.

Même pour Rolph qui est allé sur de nombreux champs de bataille, il n’était pas habitué à voir de cadavre avec d’aussi horribles blessures.

En observant sa tête, qui a été écrasé, il peut voir qu’il a été attaquer en tombant.

Et, en vérifiant l’état de Gaies, il était clair que sa nuque a été brisée, le criminel a apparemment délivré un coup décisif à Gaies, ce qui a causé le blocage de ses voies respiratoires.

 

« Juste, qui a fait un acte aussi cruel… »

 

Des mots plein de ressentiments sortent de la bouche de Rolph.

Pour Rolph, qui est habitué au champ de bataille où une personne en tue une autre, il ne ressent normalement rien en voyant un cadavre. Il pense juste que le faible a péri.

Cependant, Gaies était différent.

Pour Rolph, il est un compagnon d’arme avec qui il a combattu pendant des années.

Avec la mort d’un ami à lui, il est incapable de réprimer ses sentiments.

 

« J’ai décidé ! Cela doit être le fait d’un autre-mondien ! »

 

Une exclamation pleine de haine sortit de la bouche de Seria.

La flamme de la colère, parce que son grand-père a été tué, habite ses yeux.

En regardant ses yeux, Rolph supprime désespérément ses propres sentiments. Ce n’est pas bon d’avoir chacun des commandant perdre leurs calmes.

(Je suppose que c’est normal pour elle… après tout, leurs relations étaient presque ceux d’un parent et d’un enfant.)

 

Les parents de Seria ont tous deux péris quand elle était encore bébé. Ils sont morts au combat pendant la guerre avec un pays voisin.

Après cela, Gaies qui était son grand-père l’a adoptée et élevée.

Il était aussi le maitre d’art magique de Seria et en même temps sa seule famille directe. C’est pourquoi il est naturel pour Seria d’être distraite à cause de sa mort.

 

Mais, Rolph pensait que son exclamation est erronée.

‘Cependant Dame Seria. Bien qu’un autre-mondien puisse être puissant si on le développe, ne sont-ils pas faibles quand ils apparaissent après être invoquer ? Après tout, contrairement à ici, dans leur monde il n’y a aucune guerre, et j’ai entendu que même transporter une arme est interdit.

 

« Mais ! »

 

« Mais quand vous l’avez mentionnée, il n’y a pas d’erreur que l’autre-mondien invoqué est suspect ; ainsi la possibilité que l’autre-mondien soit le coupable est aussi élevée. »

 

Il vient doucement à la défense de Seria.

Dans l’immédiat, il n’a pas d’autre choix que d’essayer de la calmer pour l’instant.

Parce que s’il venait à être entraîné avec les sentiments de Seria, ils pourraient rater le vrai criminel.

 

« Ce que nous devrions faire est de saisir la situation actuelle et de découvrir ce qu’il s’est passé. »

 

Etant persuadée par Rolph, Seria raffermit son expression.

Elle est un génie qui, à un jeune âge, a été nommé comme mage impérial junior.

Après avoir entendu les mots de Rolph, elle se souvient de son rôle et de ses responsabilités, et essaye de calmer son esprit.

 

« Je suis vraiment désolé. C’est comme Sir Rolph a dit. »

 

Rolph stoppa Seria qui était sur le point de baisser la tête et ordonna immédiatement les autres soldats.

 

« Vérifiez et confirmez les soldats qui sont tombés dans le cas de survivants ! Et soyez sûr que la personne avec les vêtements bizarres qui est étendu là est mort ! Après cela, examinez complètement la pièce. Regardez-s’il y a un trou ou non pour qu’une personne s’échappe ! Ensuite… Y a-t-il quelque chose ? Dame Seria ? »

 

Seria secoua sa tête comme réponse à la question de Rolph.

Bien que son calme ait été récupéré, la mort de sa famille affecte quand même son cœur.

Son esprit est toujours incapable de penser correctement.

 

« Seigneur Rolph ! Dame Seria ! »

 

« Il y a un survivant. Cette personne est encore en vie !»

 

En quelques minutes, le soldat qui essayait d’identifier tous les cadavres revient pour rapporter à Rolph et Seria.

 

« Quoi !? C’est vrai ? »

 

Rolph et Seria foncèrent dans la direction où le soldat était étendu dans une mer de sang.

 

« S-Seigneur Rolph… »

 

La voix craquante vient en effet du corps d’un soldat qu’ils pensaient mort.

 

« Qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

 

« Qu’est-ce qu’il s’est passé ici ? »

 

Comme la personne est le seul témoin, Rolph et Gaies assaillirent le soldat blessé avec leurs questions.

 

« … Seigneur Rolph… par un monstre… »

 

Entendant les mots du soldat, leurs visages changèrent.

Parce que le soldat est la seule personne en vie, qui sait ce qu’il s’est passé dans la pièce. »

 

« Qu’as-tu dit ? Un monstre tu dis ? »

 

En entendant les mots inquiétants du soldat, le visage de Rolph devint pâle.

Seria paniqua aussi, se demandant si son grand-père a fait une erreur dans la cérémonie d’invocation et invoqué un être étranger inattendu.

 

« Que veux-tu dire ? Tiens le coup… ! »

 

« Ga…Gai…Ga »

 

Bien qu’ils demandent tous les deux désespérément, les mots prononcés ne sont pas clairs et n’ont aucun sens.

Ils ont pu à peine entendre le mot monstre, mais ils étaient tous incapable de comprendre la situation à cause de cela.

 

« B-Bien. Eh ! Quelqu’un ! Amenez cette personne à un docteur ! »

 

« Dit le clairement ! Grand-père… Qu’est-ce que ça à fait à grand-père !? C’est quoi ce monstre ? »

 

Tout en essayant désespérément de contrôler Seria qui continue à demander avec force, Rolph ordonna aux soldats de transporter le blessé sur un brancard et de l’emmener au centre médical.

 

« Pourquoi ?! Pourquoi m’avez-vous stoppé !? »

 

Rolph pense que Seria qui est en colère contre lui apparait comme un démon.

S’il ne dit rien clairement maintenant, il ne sera pas capable de faire se calmer quelqu’un qui a perdu un membre de famille.

Comme attendu, est-ce à cause de la différence en expérience ?

Bien qu’elle soit une personne talentueuse, Seria semble avoir encore des difficultés dans le contrôle de ses émotions.

Après qu’il soit passé par le problème de la calmer, après avoir entendu le soldat mentionné le mot ‘monstre’, cela a immédiatement jeté son esprit et son cœur dans le désordre une fois encore.

En premier lieu, si son respectable grand-père venait à mourir à cause d’un échec dans la magie d’invocation, on ne peut s’empêcher de penser que c’est une réaction normale.

 

« Si vous continuez de le questionner comme cela, il pourrait mourir avant de nous dire quoi que ce soit. »

 

Rolph le dit à Seria qui est en colère contre lui, la raison a refroidi sa tête autant que possible

Ce que Rolph a dit était un bon argument. Tout de suite, s’ils conduisent irraisonnablement un interrogatoire, ce blessé ensanglanté pourrait mourir après tout.

Mais, l’esprit de Seria était incapable de penser à ça.

Plutôt que la vie d’un soldat, pour elle, il est plus important d’avoir l’information de celui qui a pris la vie de son grand-père.

 

« Cela… N’est-ce pas plus important de clarifier la situation que la vie de cette personne ? »

 

Ainsi, Seria essaya de lutter contre les mots de Rolph.

Alors qu’elle comprendrait en temps normal immédiatement le sens derrière les mots de Rolph et trouver que son jugement est correct, actuellement son esprit refuse un tel jugement.

Cependant, Rolph continue à persuader Seria calmement dans le but régler la situation.

 

« Effectivement, obtenir cette information est important ; mais seul cet homme sait tout ce qui s’est passé. Même si nous laissons ses blessures tel quel et continuons à l’interroger, aucune information utile ne ressortirais. Cela n’aurait pas d’intérêt s’il meurt avant que l’on ait d’information. Même si ça va prendre du temps, le rétablissement de cet homme ne serait-il pas bon pour la perspective d’interrogatoire dans le futur ? »

 

Après que Rolph l’ait expliqué calmement, Seria fut incapable de le réfuter plus encore.

Les choses que Rolph a mentionné sont vrai.

Le truc qu’elle ne pouvait accepter est que le membre de sa famille est devenu la victime d’une chose inconnue.

 

« Fuu… Je comprends. Les mots de Sir Rolph sont juste. Je suis vraiment désolé pour avoir été déraisonnable. »

 

Après qu’elle ait soupiré, Seria regagna en partie son calme.

Grâce à combien elle s’est mise en colère contre Rolph, son cœur fut capable de récupérer un peu de quiétude.

 

Peu importe combien une personne est un génie, la différence d’expérience de vie est quelque chose pour laquelle on ne peut rien faire.

 

« Mais quand même, ce qu’a dit cet homme, que diable est ce monstre… »

 

« Eh bien, nous serons capables de le savoir après que le soldat se soit rétabli de ses blessures. Pour l’instant, mettons notre énergie dans les choses pour lesquels nous pouvons faire quelque chose. »

 

Après que Rolph ait répondu calmement aux mots de Seria, il ordonna à plusieurs soldats de recommencer les recherches dans la pièce.

 

Cependant, le jugement de Rolph se transforma en un résultat malchanceux.

 

« C-C ’est pas bon ! Seigneur Rolph !! Le cabinet médical ! Le cabinet médical ! »

 

« !! »

 

Un soldat arriva en courant vers la salle d’invocation.

Le ton de voix du soldat indiquait clairement une chose sérieuse.

 

« Calme toi ! Qu’est-ce qui est arrivé ? »

 

La voix en colère de Rolph retentit dans la pièce.

Après avoir reçu la voix colérique de Rolph, le soldat commença a expliqué la situation tout en haletant pour de l’air.

 

« Haa, Haa, actuellement, pour des raisons inconnues, un feu s’est déclaré au cabinet médical. L’expansion du feu est tellement rapide que même l’entrepôt médical… »

 

« Que dis-tu ! Un feu ? Est-ce que quelqu’un est en train d’éteindre le feu ?! »

 

La voix forte de Rolph interrompit le rapport.

De nombreux biens inflammables sont entreposés dans l’entrepôt médical.

De plus, ils viennent d’envoyer une personne blessée là-bas il y a quelques minutes. Le seul témoin oculaire.

 

« N… Non. Aussitôt que nous avons contacté les magiciens impériaux, le feu était déjà éteint. »

 

Après avoir écouté le rapport du soldat, Rolph soupira de soulagement.

Il était soulagé qu’au moins le feu n’ait pas englouti le palais entier.

 

Rolph demanda alors à Seria.

Parce que le doute a commencé à monter dans son cœur.

 

« Dame Seria. Qu’en pensez-vous ? »

 

« Je crois que c’est très anormal. »

 

« Comme attendu… Dame Seria pense aussi cela… »

 

« Effectivement… Trop d’accident arrivent en même temps. »

 

Rolph médita.

Une réponse particulière traversa son esprit.

Cependant, c’était tout à fait impossible s’il la considère avec le sens commun.

 

« J’entrevois une possibilité mais… »

 

« Vous pensez que c’est impossible ? »

 

Seria était capable de comprendre précisément ce qui a traversé l’esprit de Rolph.

Et les choses qu’il ne peut pas dire.

 

« Je ne suis pas sûr… »

 

Rolph secoua la tête.

Spéculation est juste spéculation. Et la chose que veut Rolph n’est pas une spéculation mais une conclusion absolue.

 

« Je souhaite faire un rapport. »

La conversation des deux personnes est interrompue par un soldat.

 

« Hmm, vas-y ! »

 

« J’ai identifié les soldats morts. »

 

« Et ? La cause de la mort ? »

 

Les soldats se regardèrent les uns les autres quand ils entendirent la question de Seria.

Les visages des soldats montraient que c’était quelque chose de compliqué à rapporter.

 

« Qu’est-ce qui ne va pas ? Quel est la cause des morts ? »

 

Après être pressé par l’attitude agressive de Seria, un des soldats s’avança représentant les autres soldats.

 

« Probablement, cela a été fait à mains nues. »

 

« Qu’as-tu dit ? A mains nues ? Comme le sais-tu ? »

 

Rolph questionna aussi le soldat, grandement choqué.

 

« De deux cadavres, nous avons trouvé que leurs gorges ont été broyées, et on a vu clairement des marques de doigts… »

 

Un autre soldat ajouta en complétant les autres réponses.

 

« Du corps que j’ai vérifié, j’ai déterminé que la cause de la mort est un coup qui a brisé le cou par derrière. Il n’y a pas de dommage sur l’armure ou le casque ; de plus, il n’y aucune trace d’une arme utilisée pour tuer le soldat. »

 

Un autre donna son rapport.

 

« Et, la chose qui est la plus inquiétante est… »

 

« Qu’est-ce que c’est ? Dépêche-toi et dit le ! »

 

Rolph qui est habituellement calme montre clairement sa frustration.

Cependant, c’est modéré.

 

« Oui ! Le corps avec le visage brûlé que je pensais être la personne de l’autre monde… »

 

Le soldat rapporta à Rolph hâtivement.

 

« Qu’est-ce qu’il y a ? Dis-le ! »

 

Tressaillant à la vexation de Seria, le soldat continua son rapport.

 

« Oui ! La ceinture sur son pantalon. Si elle était enlevée comme cela, le pantalon tomberait du corps. Penser qu’il a combattu comme cela, c’est… »

 

Ecoutant le rapport, l’aspect de Seria et Rolph vira au pâle.

 

« Bordel ! Sir Rolph ! »

 

Quand Seria dis cela, elle fonça à l’extérieur de la pièce.

 

« Vous les gars, allez alerter les gardes à l’intérieur du château ! »

 

Après que Rolph ait donné l’ordre, il partit à la suite de Seria.

Si les différentes preuves étaient combinées, cela mène à une conclusion.

 

« On dirait que j’avais raison. »

 

Rolph commença à parler à Seria.

 

« En effet. Ça deviendra évident quand nous aurons tout vérifié au cabinet médical… »

 

« Cependant, cela signifie que l’autre-mondien possède la capacité de se battre… »

 

« Effectivement. De plus, cette personne est capable de tuer des soldats en armure complète et mon grand-père… »

 

« Avoir de telles capacités dès le début, huh… »

 

Des frissons courut dans le dos de Rolph.

Un autre-mondien avec un tel pouvoir errant à l’intérieur du château.

(Nous allons l’attraper par tous les moyens !)

Ayant déterminé ce qu’il a besoin de faire, du pouvoir commença à s’écouler dans son corps entier.

 

Les deux utilisèrent la magie de renforcement corporelle et foncèrent au cabinet médical en 30 secondes.

 

« Ça a été éteint comme rapporter… »

 

Ils ont dû utiliser un art magique basé sur l’eau, vu que le cabinet médical et l’entrepôt médical étaient tous deux mouillés.

Un jeune homme s’approcha après avoir remarqué qu’ils sont venus.

 

« Dame Seria, Sir Rolph. Quelque chose est-il arrivé ? »

 

« Orlando. Le feu est ? »

 

A la question de Seria, Orlando tourna son regard en direction du cabinet médical.

 

« Il n’y a pas de problème. Bien que la totalité du cabinet médical ait fini comme cela, on a réussi à éteindre le feu avant qu’il ne s’étende aux autres endroits, c’est juste que… »

 

Orlando disait quelque chose d’ambigu.

 

« Orlando ! Dépêche-toi et dis-le ! Que veux-tu dire par « C’est juste que » ?… Il y a un moment, on a envoyé un blessé ici ! Qu’est-il arrivé à cette personne ? »

 

« Trois cadavres ont été sortis du cabinet médical, mais il semble qu’ils ne sont pas morts à des flammes. Par ailleurs, si nous incluons les corps morts… une personne semble manquer… Cependant j’ignore si c’est la personne blessée que vous avez mentionnée… »

 

Seria retint son souffle.

C’est parce qu’ils réalisent que leurs suppositions étaient correctes.

 

« Comment sais-tu que le nombre ne correspond pas ? »

 

Orlando répondit à la question de Rolph.

 

« Eh bien. Même si le docteur quitte la pièce pour prendre une pause, il devrait il y avoir encore deux soldats apportant une personne blessée sur un brancard-… »

 

Rolph et Seria se regardèrent l’un l’autre.

(Juste comme nous pensions)

 

« Et !? »

 

Les voix de Rolph et Seria su superposèrent.

 

« La personne blessée semblait avoir une blessure sévère, ils ont immédiatement mis la personne dans un lit. Cependant, quand le feu était éteint, et après avoir vérifié le cabinet médical, il y avait seulement trois cadavres, et le lit était vide… »

 

A ce moment, Seria interrompit Orlando.

Ils ont déjà obtenu suffisamment d’information. La chose qu’ils ont besoin de faire maintenant est de passer à l’action.

 

« Orlando ! Réuni immédiatement un groupe de magiciens ! Sir Rolph, s’il vous plait, commandez les gardes impériaux ! Et j’irai demander à Sa Majesté la permission de se mobiliser ! Retrouvons-nous dans la cour ! »

Ayant interrompu Orlando, Seria commença immédiatement à donner ses instructions.

 

« Compris ! »

 

« A-Attendez une minute Dame Seria. Je ne sais pas ce qu’il se passe ici… »

 

Orlando qui ne comprend pas la situation héla Seria.

 

« C’est bon Sir Orlando, suivez juste les ordres de Dame Seria ! »

 

« Orlando, je t’en prie ! Il n’y a pas beaucoup de temps. Ou sinon il va s’échapper ! »

 

L’expression d’Orlando changea après avoir entendu le cri désespéré de Seria.

Bien qu’habituellement pas fiable, il est le troisième siège des magiciens de la cour impériale.

Vu qu’il est quelqu’un qui a gouté à la guerre, il devrait être capable d’avoir un peu de courage.

Du ton de Seria, il peut comprendre que c’est une urgence et il bascula son esprit du mode normal au mode champ de bataille.

 

Avec une voix basse et froide, que l’on ne peut croire venir de quelqu’un qui agissait tellement timidement il n’y a pas longtemps, il demanda.

 

« As-tu besoin de la force d’une armée ? »

 

« Oui ! Rassembles-en autant que tu peux ! L’ennemi est un individu très dangereux. Je vais autoriser l’utilisation d’arts magiques en tant qu’urgence ! »

 

Seria délivra l’autorisation d’utiliser les arts magiques qui sont normalement interdits à l’intérieur du palais.

C’est la preuve d’à quel point la situation est terrible.

 

« Compris. ‘La divinité suprême qui contrôle la lumière, Meneus. En accord avec le contrat. Accorde-moi la Protection Divine. Téléportation’ »

 

Orlando qui comprit la situation immédiatement lança immédiatement l’incantation magique.

Il se déplaça instantanément aux logements des magiciens.

 

« Comme attendu du troisième siège. Il a été capable d’utiliser la magie de téléportation avec une incantation aussi courte. »

 

« Naturellement. Il est l’élève de mon grand-père après tout. S’il est incapable d’en faire autant, alors il ne vaut pas la peine que l’on en parle. »

 

Alors, Seria se tourna vers Rolph.

 

« Sir Rolph, il n’y a pas beaucoup de temps ! Je vais vous transférez aux baraquements des gardes Impériaux. Je vais vous le dire en avance, pour rassembler les soldats, merci beaucoup. »

 

« Compris. Je vous laisse obtenir la permission de Sa Majesté ! »

 

« Oui ! Allons-y. ‘Meneus, la divinité suprême de la lumière me montre le pouvoir ! Invitez cette personne à cet endroit ! Téléport !’. »

 

Confirmant que la silhouette de Rolph a disparu, Seria commença à incanter encore un fois.

Tout est pour poursuivre l’ombre d’un criminel.

 

La divinité suprême qui contrôle la lumière, Meneus. En accord avec le contrat. Accorde-moi la Protection Divine ! Téléportation

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *