Wortenia Senki – Tome 1 Chapitre 9

Après s’être mêlée avec les aristocrates, Ryouma réussit à passer la porte du château.

Et devant lui, une rue au style Européen s’étend en face de lui.

 

« Oooh ! »

 

Parce que le paysage est bien organisé, il ne peut s’empêcher d’exprimer son admiration.

A l’extérieur du château, les maisons d’aristocrates sont alignées et où les aristocrates qui se sont échappés disparaissent à l’intérieur.

Après être allé tous droit sur 500 mètres à partir de la porte du château, il vit une autre porte. Apparemment, l’autre côté semble être la zone du peuple vu que la taille des toits de maison devient visiblement plus petit.

Ryouma décida d’entrer d’abord dans la zone populaire. Après tout, c’est mieux de se cacher au milieu de la foule.

Malgré qu’il porte une armure de Garde Impériale et traverse le quartier des aristocrates, où servantes et soldats peuvent être vus, personne ne questionne Ryouma.

 

Après avoir marché pendant quelques minutes, il atteignit la porte.

La porte est ouverte et le pont-levis est aussi baissé. Apparemment, ils ferment la porte seulement quand une urgence arrive.

 

Aussitôt qu’il passa la porte, un environnement animé s’étend en face de Ryouma.

Il y a beaucoup de monde allant de ci de là et divers étals et boutiques sont alignés.

La route n’est pas pavée avec de la pierre comme la zone des aristocrates, elle est faite du sol même et des bâtiments inégaux alignés peuvent être vus.

A ce que l’on peut voir des tenues des personnes, beaucoup d’entre eux portent des robes ou manteaux.

Et certaines personnes portent aussi des armures. Certains portent une simple chemise et pantalon. Une grand-mère porte un tablier. Et d’autre, différentes tenues.

 

« De manière imprévue, il y a beaucoup de monde… De plus, certaines personnes ont aussi des armes avec eux… »

 

Ryouma marmonna ces mots en observant les alentours. Il remarqua que certaines personnes portent des armes et sont mélangés à la foule.

Ils ne ressemblent évidemment pas à un soldat du pays. Dans tous les cas, certains sont des criminels ! C’est ce qu’il voulait dire mais il y en a aussi qui n’ont pas des visages aussi mauvais parmi eux.

 

La couleur de leurs cheveux et peaux sont noirs, blanches, jaunes et plein d’autres couleurs. Il y a même des êtres humains avec des cheveux verts et bleus.

Depuis que Ryouma a précédemment pensé qu’il pourrait être isolé à cause de ses cheveux sa peau ou la couleur de ses yeux, en voyant cette scène, Ryouma poussa un soupir de soulagement.

Vu qu’il y a beaucoup d’apparences différentes, on dirait que les cheveux et la couleur des yeux de Ryouma ne sera pas un problème.

 

« Bien. Maintenant, trouvons quelques vêtements… »

 

Après que Ryouma ait prononcés ces mots, son estomac gargouilla lui disant qu’il est affamé.

Après tout, il a été invoqué dans ce monde quand il était sur le point de déjeuner sur le toit.

Cependant, peu importe combien il est affamé, il a besoin de se procurer quelques vêtements d’abord vu qu’il serait trop remarquable s’il reste à porter l’armure de la garde impériale.

Ryouma chercha des yeux dans les alentours une enseigne tout en se frottant l’estomac qui émet une complainte.

Tout en marchant dans la rue principale, une boutique avec une image de vêtement dessinée sur l’enseigne entra dans la vue de Ryouma.

Ce jour-là Megu Leicester reçu un étrange client.

La journée a déjà passé une heure de l’après-midi. Ce client arriva dans le magasin de vêtement où elle travaille.

 

« Bienvenue ! »

 

L’homme qui entra portait l’armure de la garde impériale, et fut accueilli avec l’habituelle salutation joyeuse de Megu vu que le magasin valorise l’hospitalité.

Bien sûr, un client entrant pour acheter en portant une armure est normal.

Cependant, c’est la première fois qu’un garde Impérial vient dans le magasin.

Contrairement aux aventuriers et soldats mercenaires, les soldats nationaux vont généralement faire leurs courses en habits civiles.

 

(Est-ce qu’il est venu ici pour ne pas faire de course ? »

 

Ce que Megu a pensé est naturel. Mais, vu qu’il regarde les vêtements qui sont exposés, elle n’a pas d’autre choix que de penser à lui comme un client.

 

« Je suis désolé, mais est-ce que vous cherchez quelque chose ? Voulez-vous que je vous aide ? »

 

Megu rassembla son courage et parla à l’homme. La réponse qui lui est retourné est très normal.

 

« Je veux un ensemble de vêtements décontractés haut et bas, sous-vêtements et manteau à capuche, et une ceinture en cuir. »

 

(Il semble avoir une manière de parler très polie, n’est-ce pas ? Cependant, pourquoi il est venu avec ici avec une armure de garde impérial ?)

 

Megu a une sensation de mal à l’aise du ton de l’homme.

Normalement, la plupart des gens qui viennent au magasin sont des personnes pourries et arrogantes. En particulier les aristocrates et les soldats.

Mais Ryouma lui répondit très normalement. Comme on s’y attendait, c’est impossible pour quelqu’un du peuple de prévoir le comportement d’un soldat.

 

« Y a-t-il une couleur que vous préférez ? »

 

« J’aimerais du noir s’il vous plait. »

 

« Certainement. Je vais préparer ça. Attendez une minute. »

 

Comparé aux clients normaux, elle ne ressent aucune différence.

Elle a demandé ce qu’il voulait qu’elle demande, et il y a répondu normalement.

Bien que qu’elle se sente un peu mal à l’aise avec son attitude poli, Megu pensa qu’elle réfléchissait juste trop et s’en amusait.

 

(Peut-être est-ce parce que ses vêtements sont à la blanchisserie, je me demande ? Ah ! J’ai oublié de demander la taille… Bah c’est bon. Je vais apporter des vêtements plus larges avec en même temps.)

 

Elle apporte alors trois articles avec trois tailles différentes pour chacun.

 

« Je suis désolé de vous avoir fait attendre. Que pensez-vous de ceci ? »

 

« C’est bon. Emballez-le. »

 

(Hein ? Il n’a rien dit à propos de la taille ?)

 

Personne n’achète de vêtement sans les essayés d’abord. Bien sûr, il était naturel pour Megu d’incliner as tête étant donné qu’il n’a pas vérifié la taille. TN : Incliner sa tête ici veut dire qu’elle s’interroge sur le comportement de Ryouma.

 

« Emm… A propos de la taille ? » Megu demanda en se sentant réservée.

 

« Ah, la taille… hmmm… la plus grande s’il vous plait. »

 

D’une manière, il donne l’impression qu’il veut acheter les vêtements immédiatement.

C’était un comportement très suspect. Cependant, Megu secoua sa tête, après tout, le client l’achète.

 

« Certainement. Le prix sera de 1000 baht au total. Je vais immédiatement emballer les produits, veuillez attendre un instant ? »

 

En disant cela, elle baissa la tête, puis Megu se dirigea vers le comptoir quand il l’appela.

 

« Oh, attendez un instant. Parce que je suis pressé je voudrais payer immédiatement, allez-vous compter l’argent en même temps ? »

 

Il prit le sac avec l’argent.

 

« Si ce n’est pas assez, s’il vous plait dites-le ? »

 

(Je me demande s’il est le fils d’un aristocrate d’un certain endroit ? Mais, il porte pourtant une armure de garde impériale ? »

La plupart du temps, ceux qui achètent comme cela sont d’une famille aristocratique.

(Mais il ne semble pas être un aristocrate, je me demande ? Mais bon, peu importe ! Puisque la personne parait payer correctement avec de l’argent, tout va bien.)

Megu arrêta alors de penser à cela.

Un client qui paye est un bon client même si c’est une personne suspecte.

Une telle pensée traversa son esprit.

 

« Certainement. Veuillez attendre un instant. » Megu baissa la tête une fois encore et se dirigea vers le comptoir.

Après avoir quitté la boutique de vêtements, Ryouma expira en essayant de ne pas attirer les regards de la foule. Il n’a jamais ressenti tant de tension juste en faisant les courses. Quand Megu a dit « Le prix sera de 1000 baht au total », peu importe combien de pièces il possédait, il n’avait aucune idée combien elles valent. Au moment de lui remettre le sac avec l’argent à l’intérieur, son cœur battait tellement vite qu’il pensait qu’il allait exploser.

Cependant, pour l’instant, il a atteint son objectif.

 

« Après tout, c’est une course contre le temps. » Après avoir murmuré ces mots, Ryouma continua de marcher dans la rue principale.

 

« Oba-chaaan. Un spécial du jour, s’il te plait ! »

 

De l’autre côté de la rue principale, il y a un magasin situé à l’intérieur d’une obscure et sombre allée.

Le nom du magasin est ‘restaurant Le Bruit Océanique’. C’est le genre de restaurant où les gens vont refuser d’entrer s’ils ne sont invités par quelqu’un.

Cependant au contraire de l’apparence sombre, l’intérieur est propre et rangé, il y a des clients hommes et femmes. Certains viennent même avec leurs enfants.

L’heure est maintenant 3h00 de l’après-midi.

Finalement, Ryouma peut manger.

Il change ses vêtements pour sa chemise et son pantalon noir qu’il a acheté il y a un moment à la boutique de Megu.

 

(D’une façon ou d’une autre, je l’ai fait hein…)

Quand il est sorti du château, tout ce qu’il pouvait faire était de fuir immédiatement.

Normalement, il aurait fui sans se retourner aussi loin que possible. Mais, vu qu’il ne connait pas la géographie et n’a aucun équipement, il n’y a aucun moyen de le faire.

Cela serait comme demander à mourir, après tout, s’il venait à partir sans confirmer un minimum d’information comme quelle distance il y a avec les autres emplacements (ville), quelle direction prendre et combien de préparations sont nécessaires.

De plus, Ryouma ne peut pas monter à cheval. En tant que personne moderne, Ryouma n’a aucune expérience à monter à cheval.

Comme il a vu un fiacre en ville, il semble normal pour lui que les poursuivants seraient montés.

Etre à pied vs. Ses poursuivants montés. Il est évident qu’il serait vite attrapé.

Mais vu que Ryouma portait une armure quand il est sorti du château, les gardes impériaux ne connaissent pas son visage.

Leurs seules preuves est qu’il porte une armure de garde impérial. Pour cette raison, ils vont sûrement poursuivre quelqu’un qui est sorti du château en portant une armure de garde impérial.

Son inquiétude est que si par chance leurs préparations sont plus rapides, au moment où Ryouma sortait du château il serait immédiatement attrapé. Mais Ryouma pense que les cieux semblent le favoriser.

Recherchant un endroit tranquille à l’extérieur du château, il changea son attirail pour celui qu’il a acheté. Puis, il enterra l’armure dans le sol. Et juste après cela, il a eu un aperçu de ses poursuivants passant par-là en sortant du château. A ce moment-là, une petite armée défila devant Ryouma, quittant le château. Et il fut sûre de mémoriser les personnes les dirigeants.

 

« Et voilà ! Merci pour l’attente ! »

 

Avec une voie gaie, un ensemble de plats s’étend sur la table, il y a des Karaage, du poisson frit, du pain et de la salade. TN : Les karaage sont des aliments frits dans l’huile généralement de la viande. *

 

Tout en bourrant sa bouche avec du pain et des Karaage, une fois de plus, Ryouma repensa à ses poursuivants qui l’ont dépassé il y a un moment.

 

(Ils semblent être des gens hauts-gradés. Honnêtement, je ne pensais pas qu’ils me poursuivraient en utilisant la cavalerie…)

 

Au moment où Ryouma cherchait un endroit pour manger, ils sont sortis du château.

Ceux les dirigeants étaient quatre personnes. Parmi eux, deux étaient des visages familiers.

 

(Rolph et Seria hein…)

 

Le visage de Rolph lui fait penser immédiatement à un soldat vétéran, et celle qui a une aura autour d’elle qui la fait paraitre noble et intelligente est Seria. A côté d’eux il y avait un jeune homme inconnu qui semblait être étonnamment faible.

Ryouma savait qu’il ne doit pas sous-estimer ces trois personnes, mais cela ne veut pas dire qu’il a peur d’eux.

 

(Le problème est la dernière personne…)

 

La femme aux yeux bleus et les cheveux blonds. Pour Ryouma, elle semble être une combattante égalant Rolph. Comme il a été entrainé aux arts martiaux, il était capable de déduire les capacités de quelqu’un en un regard.

 

(De plus, ses yeux… Ce n’est pas seulement les yeux d’un guerrier… il y a plus en eux…)

 

Ces yeux étaient plein de calme et d’intelligence. C’était semblable aux yeux de Seria ; cependant, elle a une différence cruciale, étant que ses yeux sont remplis de confiance soutenue par l’expérience.

Si Seria est un stratège immature, alors, elle est un général qui est déjà mature et expérimenté beaucoup de chose.

Ce sont des yeux qui ont traversés des bains de sang, ils appartiennent à une personne qui n’a pas seulement connus le champ de bataille comme Rolph, mais a aussi un meilleur esprit stratégique.

 

Ryouma pensa au futur en bourrant sa bouche entièrement.

(A partir de maintenant, on dirait que cela va être infernal de s’échapper…)

 

C’était la première rencontre de Ryouma et Shardina avant qu’ils ne combattent pour l’hégémonie du continent occidental.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *